Baisse de 33 % des retours forcés parmi les demandeurs d'asile - 3
Avion.Photo: pixabay.com

5 434 demandeurs d’asile ont été contraints de quitter la Norvège en 2017. Cela représente 60 % de l’objectif du gouvernement, soit 9 000 et 33 % de moins qu’en 2016. « Le retour est lié au nombre d’arrivées d’asile. Nous avons maintenant eu deux années de faibles arrivées, ce qui affecte le nombre de retours forcés effectués par la police », explique le chef de l’unité d’immigration de la police (PU), Morten Hojem Ervik.

Voyager seul

Découvrez les Aurores Boréales

918 des demandeurs d’asile cette année ont été envoyés pour quitter la Norvège après le rejet de la demande d’asile, et 461 ont été envoyés dans d’autres pays où ils étaient avant de demander l’asile en Norvège. Selon PU, le nombre de personnes qui retournent dans leur pays d’origine a augmenté. 452 personnes viennent de Roumanie, suivies de 373 d’Albanie. 234 mineurs ont été transportés, dont 220 faisaient partie de familles, et 14 voyageaient seuls.

Les données montrent que près de quatre sur dix, 38,7 pour cent, qui ont été transportés ont été reconnus coupables d’une infraction pénale. Il s’agit d’une augmentation par rapport à 2016, lorsque 28 % des personnes renvoyées avaient été emprisonnées. La Roumanie, la Pologne et la Lituanie étaient les trois nationalités les plus représentées parmi les personnes condamnées. Au total, ces trois pays représentaient 42 pour cent.

« C’est très important pour la lutte contre la criminalité. Il ne fait aucun doute que cet effort permettra à la communauté d’économiser des coûts importants », déclare Hojem Ervik dans un communiqué de presse.

Allez voir les Baleines en Catamaran

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui