Statoil enregistre de solides bénéfices pour le quatrième trimestre - 3

Statoil a enregistré une production record au dernier trimestre et en 2017 dans son ensemble. Avec des prix élevés, cela rapportait beaucoup d’argent à la caisse.

Un très bon résultat était attendu avant la présentation à Londres mercredi matin, selon les chiffres que Statoil recueille lui-même. Au quatrième trimestre, on attendait 3,8 milliards de dollars de bénéfices d’exploitation ajustés.

La phase était de 4 milliards de dollars, contre 1,7 milliard de dollars au trimestre correspondant de 2016. La croissance sous-jacente de la production pour 2017 était de 6 %.

« Le flux de trésorerie était solide pour toutes les parties de l’entreprise », a déclaré le PDG, Eldar Sdartre, dans un communiqué de presse.

De moins à plus

Un prix moyen du pétrole d’environ 54 $ le baril pour 2017 a donné 3,1 milliards de dollars de flux de trésorerie disponibles pour l’année, réduisant le ratio d’endettement de plus de 6 %. Pour le quatrième trimestre seulement, les flux de trésorerie se sont élevés à 1,3 milliard de dollars, en hausse par rapport à un résultat négatif de 40 millions de dollars pour la période correspondante de 2016.

« Dans un marché renforcé, nous avons généré des bénéfices et des flux de trésorerie solides dans tous les secteurs. Nous avons enregistré une production record au quatrième trimestre et sur l’ensemble de l’année. Nous prévoyons une croissance à long terme des bénéfices sous-jacents. Conformément à notre politique de dividende, le Conseil propose d’augmenter le rendement de 4,5% à 0,23 dollar par action, a déclaré S saidtre.

Moins est plus

Les coûts d’investissement ont été réduits à 9,4 milliards de dollars, contre une estimation initiale de 11 milliards de dollars.

« C’est le résultat d’un travail d’amélioration continue et de solides livraisons de projets.

En coopération avec nos fournisseurs et partenaires, nous avons obtenu plus pour moins », a déclaré Sætre.

La production propre de Statoil au dernier trimestre de l’année était de 2 134 millions de barils d’équivalent pétrole (FOE) par jour, soit une augmentation de 2 095 millions par jour par rapport à la même période en 2016. Cela est dû à une production de gaz flexible plus élevée pour exploiter des prix plus élevés, augmentation de la production sur terre aux États-Unis et escalade de nouveaux champs pétroliers.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui