Dépenser des millions pour amener plus d'enfants de langue minoritaire à la maternelle - 3

Seuls huit enfants de langue minoritaire sur dix vont à la maternelle. Maintenant, 22 municipalités sélectionnées ont reçu plus d’argent pour augmenter le pourcentage.

Au total, les municipalités peuvent demander une part d’un montant total de 20 millions de NOK.

 »La maternelle est une arène importante pour l’intégration et pour donner aux enfants une bonne connaissance du norvégien avant de commencer l’école. Cela donne aux enfants un meilleur départ pour l’ensemble de la gestion de l’école », a déclaré Jan Tore Sanner de Høyre (H), ministre de la Connaissance et de l’Intégration.

Découvrez les Aurores Boréales

Aujourd’hui, 91 % des enfants dans l’ensemble de la population fréquentent les jardins d’enfants, alors que seulement 79 % des enfants de langue minoritaire l’utilisent. La recherche montre que les enfants de langue minoritaire qui sont allés à la maternelle réussissent mieux à l’école que les enfants de langue minoritaire qui ne l’ont pas fait.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Municipalités côtières seulement

Les 20 millions de NOK ont été réservés pour des travaux de recrutement actifs dans les municipalités d’Oslo, Bergen, Stavanger, Bærum, Trondheim, Sandnes, Sandefjord, Fredrikstad, Kristiansand, Asker, Sarpsborg, Drammen, Skien, Ålesund, Larvik, Tromsø, Tønsberg, Arendal, Horten, Haugesund, Hå et Moss.

Ces municipalités comptent plus de 6 600 enfants de langue minoritaire qui ne fréquentent pas la maternelle. Mais il existe de grandes variations locales. Environ 35 % des enfants de langue minoritaire à Horten ne vont pas à la maternelle. A Larvik, la proportion est de 30 % et de 12 % à Drammen.

« Certains nouveaux arrivants ne connaissent pas les modalités qui permettent économiquement de choisir des jardins d’enfants, d’autres ne savent pas ce qu’est un jardin d’enfants. Laisser les enfants aller à l’école maternelle permet également aux parents de sortir travailler plus rapidement », a déclaré Sanner.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui