Troubles électoraux en Malaisie - Norway Today - 3

Problèmes électoraux en Malaisie, les électeurs rejetés

Plusieurs électeurs ont été empêchés de voter, selon la Commission malaisienne des droits de l’homme. La Commission adresse de vives critiques aux autorités avant les élections générales de mercredi en Malaisie.

C’est ce qu’indique un communiqué de presse de l’organisation, qui a été créé par des élus malais en 1999 en réaction à la fraude électorale généralisée dans le pays. Selon le président Razali Ismail, la Commission a été informée de plusieurs cas où des électeurs ont été empêchés de voter, ainsi que de problèmes avec le système électoral du pays.

Ismail accuse également le gouvernement et le Premier ministre Najib Razak de saper le système électoral en distribuant des cadeaux en argent – dont Norway.mw a une connaissance directe de ce qui se passe. Les électeurs décédés ne sont pas rares non plus dans les régions éloignées.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Coup de coeur malgré les scandales

Lors de l’élection de mercredi, Razak est défié par l’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad (92 ans). L’élection est, selon un certain nombre d’analystes électoraux, susceptible d’aboutir à la réélection du gouvernement de Najib, en partie à cause d’un système électoral favorisant les votes des régions éloignées et sous-développées du pays (Bornéo, Klantan).

Découvrez un magnifique Fjord

Une victoire électorale probable viendra malgré le scandale entourant le fonds gouvernemental 1MDB et d’autres formes de corruption. Plusieurs milliards de dollars auraient été détournés du fonds, et le Premier ministre Najib a été accusé d’avoir placé une partie de l’argent dans ses propres comptes, principalement en Australie. La Malaisie est considérée comme l’un des pays les plus corrompus au monde.

Accusé de diffusion de fausses nouvelles

L’opposant de Najib, Mahathir, qui a dirigé la Malaisie de manière autoritaire entre 1981 et 2003, est accusé de diffuser de fausses informations.

Lorsque la campagne électorale a été lancée, Mahathir a affirmé que quelqu’un avait tenté de saboter son avion pour l’empêcher de se rendre sur l’île de Langkawi, où il devait officiellement s’inscrire comme candidat aux élections. Il a finalement atteint l’île avec un autre avion.

L’Autorité de l’aviation et la compagnie charter ont par la suite refusé les allégations de sabotage, affirmant qu’il y avait un problème technique avec l’avion.

Politique de la Malaisie (Wikipédia)

La politique de la Malaisie se déroule dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle démocratique représentative fédérale, dans laquelle le Yang di-Pertuan Agong est le chef de l’État et le Premier ministre de la Malaisie est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement fédéral et les 13 gouvernements des États. Le pouvoir législatif fédéral appartient au parlement fédéral et aux 13 assemblées des États. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif, bien que l’exécutif conserve un certain niveau d’influence dans la nomination des juges dans les tribunaux.

La Constitution malaisienne est codifiée et le système de gouvernement est basé sur le système de Westminster. La hiérarchie des pouvoirs en Malaisie, conformément à la Constitution fédérale, stipule que les trois branches (composantes administratives) du gouvernement malaisien se composent des branches exécutive, judiciaire et législative. Attendu que le Parlement se compose de Dewan Negara (Chambre haute / Chambre du Sénat) et Dewan Rakyat (Chambre basse / Chambre des représentants).

La Malaisie a eu un système multipartite depuis la première élection directe du Conseil législatif fédéral de Malaisie en 1955 sur la base du scrutin majoritaire à un tour. Depuis lors, le parti au pouvoir a toujours été la coalition du Parti de l’Alliance (malais: Parti Perikatan) et, à partir de 1973, son successeur, la coalition Barisan Nasional (Front national).

La coalition Barisan Nasional se compose actuellement de l’Organisation nationale malaisienne unie (UMNO), de l’Association chinoise de Malaisie (MCA), du Congrès indien de Malaisie (MIC) et de 10 autres partis. L’opposition est composée du pacte nouvellement formé, de la Coalition de l’espoir (Pakatan Harapan), du Parti islamique pan-malais (PAS), du Parti socialiste de Malaisie (PSM) et d’autres petits partis.

Bien que la politique malaisienne ait été relativement stable, les critiques affirment que «le gouvernement, le parti au pouvoir et l’administration sont étroitement liés à quelques forces compensatoires». Depuis l’élection générale de 2008, la couverture médiatique de la politique du pays a sensiblement augmenté.

L’Economist Intelligence Unit a qualifié la Malaisie de «démocratie imparfaite» en 2016.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui