La Norvège obtient de l'argent de l'UE du fonds de l'industrie de l'armement - 3

Si les Britanniques risquent d’être exclus, la Commission a décidé d’inviter la Norvège à participer au nouveau fonds de défense de l’UE.

Les politiciens, diplomates et lobbyistes norvégiens font pression depuis des mois pour avoir accès au nouveau nid d’abeilles pour le secteur de la défense.

La Commission européenne a maintenant présenté une proposition détaillée du cadre qui s’appliquera au Fonds de défense pour la prochaine période budgétaire, qui s’étend de 2021 à 2027.

Découvrez les Aurores Boréales

Il semble que le fonds sera ouvert aux trois pays de l’EEE, à savoir la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

«Nous en sommes très heureux», a déclaré le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen de Høyre (H).

Milliards
L’argent servira à financer la recherche et le développement de nouveaux systèmes d’armes et d’autres équipements militaires.

La Commission européenne consacrera 11,5 milliards d’euros à cet engagement au cours des sept années couvertes par le prochain budget à long terme, mesuré aux prix de 2018.

Avec le taux de change actuel, il équivaut à 109 milliards NOK.

L’argent ira à des projets impliquant au moins trois entreprises de trois
pays membres.

«Le fonds concerne la coopération», a expliqué Elzbieta, commissaire européen à l’industrie.
Bienkowska.

L’objectif de l’UE est que l’argent atteigne les petites et moyennes entreprises, elle
souligné. Les grands géants industriels n’ont pas le droit de tout prendre.

Critères stricts
L’objectif est de donner un coup de pouce aux fabricants d’armes européens. Les entreprises de pays non européens ne peuvent participer que si elles répondent à des critères stricts.

De cette manière, l’UE veillera à ce que l’argent ne disparaisse pas pour la puissante industrie de la défense aux États-Unis ou pour les entreprises de pays comme la Chine et la Russie qui pourraient avoir des intentions malhonnêtes.

«Il s’agit de l’argent européen destiné à des projets européens», a déclaré la ministre des Affaires étrangères de l’UE, Federica Mogherini.

Mais la porte n’est pas complètement fermée.

La raison en est, entre autres, que l’industrie de l’armement se caractérise par une propriété composée, ce qui, dans la pratique, rend difficile la fermeture complète des pays tiers.

Inquiétude britannique
Le fonds a déjà suscité une certaine irritation chez les Alliés hors d’Europe et aux États-Unis

a averti l’UE de prendre le nouvel engagement en faveur d’un «outil de protectionnisme».

Un autre problème est l’industrie britannique de la défense, qui restera initialement en dehors du fonds après le Brexit.

L’affaire a suscité des inquiétudes du côté britannique et pourrait être un facteur de complication dans les négociations déjà difficiles sur leur sortie de l’UE.

Victoire du lobbying
La proposition de la Commission est une victoire majeure pour la Norvège, qui a conduit ces derniers mois une intense campagne de lobbying pour amener l’UE à ouvrir le fonds aux pays de l’EEE.

La proposition est toujours en attente de traitement dans les organes de l’UE, a souligné Bakke-Jensen.

«Nous ne connaissons pas l’issue de ce processus, mais le point de départ est prometteur pour la Norvège», a-t-il déclaré.

Des sources du côté de l’UE ont indiqué anonymement à NTB News que la question est considérée comme assez claire maintenant, car des discussions approfondies ont déjà eu lieu avec les États membres et le Parlement européen sur les règles à appliquer.

Très contingent
Bakke-Jensen estime que l’entrée de fonds est importante pour assurer la position de l’industrie de la défense norvégienne, à la fois sur le marché européen et dans le monde.

Mais la participation n’est pas gratuite.

Jusqu’à présent, les autorités norvégiennes n’ont donné aucune étiquette de prix. Cependant, selon les propres calculs de NTB, le budget norvégien pourrait désormais s’élever à environ 2,9 milliards de NOK.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui