Oslo Børs chute malgré des chiffres d'inflation étonnamment bas : - Première étape pour voir que le pic des taux d'intérêt a été atteint - 3

Mardi, la hausse du prix au comptant du pétrole brut, conjuguée à de faibles chiffres d’inflation aux États-Unis, a fait grimper l’indice principal d’Oslo Børs. L’optimisme du marché, en revanche, ne s’est pas propagé jusqu’à mercredi et Oslo Børs a chuté dès le départ. À 10 heures, la bourse chute de 0,4 %.

La baisse s’explique par un prix du pétrole légèrement inférieur depuis l’heure de clôture de mardi et une journée de négociation volatile à Wall Street mardi après les chiffres de l’inflation. Le prix au comptant du pétrole brut brûlé augmente à l’ouverture du marché boursier et est en hausse de 0,4 % au moment de la rédaction. Un baril de brûlé s’échange pour 80,6 dollars. Il est supérieur d’environ 0,8 dollar à celui de mardi à la clôture.

Mercredi à 20h00, la Fed rendra sa dernière décision de taux d’intérêt de l’année. On s’attend depuis longtemps à ce que la Fed procède à une hausse des taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage, une soi-disant double hausse des taux d’intérêt, après quatre triples hausses de 0,75 point de pourcentage consécutives.

– Ça va toujours très bien

Mardi après-midi, les chiffres de l’inflation de novembre aux États-Unis sont sortis. Ils ont montré que l’inflation était à son plus bas niveau depuis décembre de l’année dernière, mesurée sur une base annuelle.

– Les chiffres de l’inflation sont en eux-mêmes une indication que l’inflation, en particulier du côté des biens, est maîtrisée. Le marché attendait cela, car c’est la première étape pour voir que le pic des taux d’intérêt a été atteint, déclare le directeur des investissements Leif-Rune Rein chez Nordea.


Directeur des investissements Leif-Rune Rein chez Nordea Liv.

Directeur des investissements Leif-Rune Rein chez Nordea Liv. (Photo: Mikaela Berg)

Les bons chiffres ont envoyé Wall Street directement vers le haut dès le début. Oslo Børs a également fait sensation lorsque la bonne nouvelle a été connue. L’indice principal est passé de 1,2 % à 2 % un peu plus d’une minute après que les chiffres de l’inflation ont été connus. Le marché boursier a terminé avec une augmentation de 1,75 pour cent mardi.

Que la hausse se poursuive l’année prochaine dépend de la conviction du marché que le pic de la hausse des taux d’intérêt approche, estime Rein.

– Si le marché croit que l’arrêt de la hausse des taux d’intérêt approche, cela calmera probablement les nerfs du marché et renforcera la possibilité d’une nouvelle croissance du marché boursier l’année prochaine. Mais si cela affaiblit trop la croissance, cela devient un problème de bénéfices.

Il reste maintenant à l’économie américaine à maîtriser la forte croissance des salaires.

– En revanche, la croissance des salaires et le prince du service aux USA ne sont pas maîtrisés. C’est ce que montrent les chiffres du marché du travail, étonnamment solides. Ces positions ouvertes sont toujours à un niveau record, bien qu’elles aient légèrement diminué. Il y a encore des signes que les choses vont très bien.

Abandonnera la fusion de Frontline

Mercredi matin, on a appris que la famille belge Savery, propriétaire de la société CBM, demandait à Euronav de mettre fin à l’accord de fusion d’Euronav avec le pétrolier Frontline, dont John Fredriksen est le plus grand propriétaire.

Dans une lettre au conseil d’administration d’Euronav, reproduite par Bloomberg, Alexander Saverys, directeur général de l’entreprise familiale CMB, écrit qu’une fusion entre Frontline et Euronav ne peut se faire sans leur soutien, et rappelle que CMB détient 25 % d’Euronav.

La nouvelle de la fusion entre Euronav et Frontline a été connue début avril de cette année. En juillet, les parties sont parvenues à un accord sur une fusion. Selon le plan, l’offre formelle devrait intervenir au quatrième trimestre, avant que la fusion ne soit réalisée dès que possible.

L’action Frontline a légèrement augmenté de 0,5% à 10h mercredi et s’échangeait à 136,5 NOK par action.

A collecté 446 millions de DKK

Mardi soir, la société de forage Northern Ocean, dont John Fredriksen est le plus gros propriétaire, a réalisé un placement privé de 45 millions de dollars. Cela correspond à 446 millions NOK au taux de change actuel.

Mercredi matin, la société a fourni de plus amples informations sur le problème de réparation proposé à la suite du problème privé terminé.

Le prix de l’abonnement dans le numéro de réparation a été fixé à 9,5 NOK, le même que dans le numéro dirigé. Un maximum de 2,5 millions d’actions nouvelles seront émises en plus des 47 millions d’actions nouvelles émises dans le cadre du placement privé.

L’émission de réparation est conditionnelle, entre autres, à l’approbation du prospectus. La société écrit également que le conseil de l’océan Nord peut annuler le problème de réparation si le prix du marché tombe en dessous du prix d’émission.

L’action chute de 4,9 % depuis le début et s’échange à 9,7 NOK par action. (Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.