Støre : Trump tweete « dangereux » - Norway Today - 3
Le chef du parti travailliste Jonas Gahr Støre.Photo : Vidar Ruud / NTB scanpix

Le président américain Donald J. Trump a publié une série de messages anti-médias sur Twitter dimanche 5 août, accusant les médias de promouvoir de fausses informations destinées à semer la division et la méfiance ; peut-être même déclencher la guerre.

Le chef du parti travailliste Jonas Gahr Støre (Ap) a publié une déclaration publique dans laquelle il est convaincu que le président Trump affaiblit une facette importante de la démocratie avec les dernières attaques « Tweet » du président contre les médias.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

CAUSE DE GUERRE
Commentant sur Facebook, le leader travailliste norvégien Støre a déclaré : « C’est un texte dangereux. Il (le président Trump) appelle les médias un ennemi du peuple. Il les accuse de créer la division et de créer intentionnellement la méfiance ; et que la presse est suffisamment dangereuse pour potentiellement provoquer la guerre.

Les rédacteurs en chef des médias américains ont rencontré le président et lui ont demandé de modérer sa rhétorique ; avertissant que lorsqu’un président déclare que « Média = Mauvais », tant les journalistes que la presse générale dans les pays moins stables deviennent vulnérables à des critiques injustifiées ; affaiblissant ainsi leurs institutions.

Découvrez un magnifique Fjord

FAUX NOUVELLES
Plus tôt la semaine dernière, le président Trump a rencontré en privé l’éditeur du New York Times AGSulzberger, qualifiant la réunion de « très bonne et intéressante », une description contestée par Sulzberger. Alors que prés. Trump n’a pas donné de dates réelles de la réunion, il a tweeté qu’ils avaient discuté « des grandes quantités de fausses nouvelles et de la façon dont ces fausses nouvelles se sont transformées en l’expression » Ennemi du peuple « . « 

Interrogé sur la réunion présidentielle, Sulzberger a déclaré avoir exprimé ses inquiétudes face à la « rhétorique anti-presse profondément troublante » du président ; et aussi de sa conviction qu’une telle rhétorique « érodait » l’engagement des États-Unis envers une presse libre.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui