Herbicide potentiellement mortel vendu en Norvège - 3

Vendredi, un Américain s’est vu octroyer une compensation d’un milliard parce que le producteur n’a pas prévenu qu’un médicament pouvait provoquer le cancer. L’herbicide est également vendu en Norvège.

L’herbicide très controversé de Monsanto, «Roundup», est le secours des agriculteurs du monde entier depuis des décennies et est vendu, entre autres, à Felleskjøpet et Europris en Norvège. Le médicament a fait l’objet de débats en raison de sa substance active, le «glyphosate».

 » Nous vendons des pesticides contenant du glyphosate. Je ne suis pas sûr des concentrations et des mélanges dans le mélange lors de l’essai aux États-Unis  », a déclaré Bjørn Stabbetorp, directeur marketing de Felleskjøpet, à NRK news.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

«Chaque été, nous avons des réactions contre Monsanto et ses activités liées aux pesticides et aux OGM.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Les gens écrivent des articles critiques sur Facebook et ailleurs. Il y a beaucoup d’émotion là-bas  », a-t-il ajouté.

Reçu des milliards

Le jardinier américain, DeWayne Johnson, est en train de mourir d’un cancer et affirme être tombé malade parce qu’il a été exposé à l’herbicide «Roundup», plus précisément à l’édition professionnelle «RangerPro», au travail dans une école. Il a poursuivi le producteur, Monsanto.

Après huit semaines au tribunal, Johnson a reçu vendredi une indemnité de 39 millions de dollars et de 250 millions de dollars, soit un total de 289 millions de dollars, soit environ 2,4 milliards de NOK.

Monsanto a annoncé que la société ferait appel du verdict et se battrait dur pour son produit prétendument potentiellement mortel.

Approuvé en Norvège

L’Autorité norvégienne de sécurité des aliments approuve les herbicides en Norvège.

Le Bureau international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un rapport en 2015 dans lequel il a conclu que le glyphosate est probablement cancérigène.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu le contraire, et comme la Norvège est membre de l’accord EEE, l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments doit suivre les conclusions de l’EFSA et de l’ECHA, apparemment si Roundup est une substance mortelle ou non.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui