Moins de gens commencent par l'héroïne - Norway Today - 3
Utilisateur d’héroïne.Photo (AP Photo/Bebeto Matthews)

Moins de toxicomanes commencent par l’héroïne, conclut l’Institut norvégien de santé publique dans un rapport publié mardi.

Le rapport souligne quatre résultats de la recherche qui l’indiquent.

Seulement 10 pour cent des nouveaux patients en traitement spécialisé pour des problèmes de toxicomanie ont reçu un diagnostic de dépendance aux opioïdes l’année dernière. Ce groupe de patients représente 46 pour cent au total.

Dans une enquête menée par des toxicomanes dans les rues des villes norvégiennes, il est indiqué qu’entre 2013 et 2017, il y a eu une forte baisse du nombre de toxicomanes s’injectant de l’héroïne par seringue, passant de 51 % en 2013 à 32 % en 2017.

Les listes d’attente pour la réadaptation assistée par la drogue (LAR) se sont également raccourcies. À la fin de l’année dernière, il y avait 7 622 patients en LAR, sans personne sur liste d’attente. À titre de comparaison, en 2007, 4 542 patients ont reçu ce traitement, tandis que 298 étaient sur des listes d’attente.

Le nombre de cas où l’héroïne est la principale cause de décès liés à la drogue a également diminué de 50 pour cent à environ 30 pour cent depuis 2006. Dans le même temps, le nombre de décès est resté stable.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui