Pompeo met en garde l'Arabie saoudite des réactions - 3

Pompeo met en garde l’Arabie saoudite contre de graves réactions

Le ministre américain des Affaires étrangères, Mike Pompeo, met en garde l’Arabie saoudite contre un large éventail de réactions s’il apparaît que le pays est responsable du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

– Nous allons certainement considérer un large éventail de réactions possibles. Mais le plus important maintenant est de mettre tous les faits sur la table, a déclaré vendredi Pompeo à la radio Voice of America.

Les États-Unis sont le principal soutien international de l’Arabie saoudite et le meurtre présumé du journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi a fourni à Donald J.Trump l’une des crises de politique étrangère les plus aiguës depuis son arrivée à la Maison Blanche à Washington DC.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Khashoggi a été vu pour la dernière fois le 2 octobre lorsqu’il est entré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Des sources turques affirment qu’il a été torturé et tué à l’intérieur du consulat, ce dont le régime despotique en Arabie saoudite rejette la responsabilité, émettant un flux constant d’explications contradictoires concernant la disparition.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

De nombreuses ONG demandent des enquêtes de l’ONU

Plusieurs ONG exigent que la Turquie demande à l’ONU une enquête indépendante sur le meurtre présumé de Jamal Khashoggi.

Une enquête de l’ONU est «la meilleure garantie contre le blanchiment de l’Arabie saoudite», a déclaré jeudi le porte-parole du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Robert Mahoney.

Le CPJ et les organisations non gouvernementales (ONG) Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) et Reporters sans frontières, ont tenu une conférence de presse jeudi, demandant à l’ONU d’ouvrir une enquête sur la disparition de Khashoggi.

Carte «Sortez de prison»

Une équipe d’enquête composée de la police turque et d’une délégation saoudienne enquête sur la disparition de Khashoggi, mais les ONG estiment qu’elles ne peuvent pas compter sur le régime saoudien pour mener une enquête crédible sur elles-mêmes.

-Ce n’est pas la manière de mener une enquête criminelle appropriée. Laisser les Saoudiens enquêter sur eux-mêmes, c’est comme leur donner une «carte de sortie de prison» pour blanchir leur rôle. Nous appelons donc à une enquête menée par les Nations Unies, déclare Louis Charbonneau à HRW.

Les organisations informent qu’elles ont contacté la délégation turque de l’ONU à deux reprises pour lui demander si l’ONU devrait enquêter sur la question, sans recevoir de réponse.

Doivent se demander

Un porte-parole du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, déclare qu’ils ne peuvent pas ouvrir d’enquêtes à moins que les deux parties à l’affaire, à savoir la Turquie et l’Arabie saoudite, le demandent ou que l’un des conseils de l’ONU obtienne un mandat. Ce conseil peut très probablement être le Conseil de sécurité de l’ONU ou le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Le président américain Donald Trump a déclaré jeudi qu’il semble que le journaliste soit mort, ce qui peut sembler un peu redondant puisqu’il existe des enregistrements du meurtre bestial à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul.

Un peu surprenant est le manque pratiquement total de condamnation ou de réaction diplomatique de la Norvège, qui normalement sort très rapidement des blocs lorsqu’il s’agit de ce genre d’atrocités.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui