Michael O'Leary, patron de Ryanair, badmouths SAS - 3
Un passager se tient devant les comptoirs d’enregistrement de la compagnie aérienne Ryanair lors d’une grève des employés de Ryanair à l’aéroport de Charleroi, près de Bruxelles, vendredi 28 septembre 2018. Les pilotes et le personnel de cabine de Ryanair se sont mis en grève, forçant l’annulation de quelque 250 vols à travers l’Europe , y compris l’Espagne, le Portugal, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie et l’Allemagne. (Photo AP / Francisco Seco)

Ryanair pense que les prix du pétrole briseront des concurrents tels que SAS et Norwegian

Les résultats des compagnies aériennes low-cost Ryanair montrent une baisse de 7% des bénéfices, malgré un plus grand nombre de passagers. Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, cependant, prédit la mort de leurs concurrents (comme d’habitude).

Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, affirme que l’augmentation des prix du pétrole frappera à la fois SAS et norvégien, rapporte Bloomberg.

Allez voir les Baleines en Catamaran

«Nous aurons un hiver caractérisé par une baisse des prix. Vous verrez des faillites cet hiver. Ce sera un autre ralentissement de quatre-cinq ans pour notre industrie, a déclaré le patron de Ryanair Michael O’Leary à la chaîne de télévision CNBC, écrit Ritzau.

Le résultat sur six mois montre une baisse des gains de 7 pour cent par rapport à la même période l’an dernier. La compagnie aérienne explique cela avec des coûts de carburant et des salaires plus élevés, ainsi que des grèves et des prix de billets plus bas. De plus, Pâques est arrivée tôt cette année.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les bénéfices ont totalisé 1,2 milliard d’euros (environ 11,5 milliards NOK) contre 1,29 milliard d’euros (environ 12,2 milliards NOK) pour la même période l’an dernier.

«Nos itinéraires ont été touchés à plusieurs reprises par des grèves parmi nos équipages de compagnies aériennes, donc ce fut le pire été de tous les temps», a déclaré Michael O’Leary, le patron de Ryanair.

Il souligne que le soi-disant facteur de cabine, qui indique le nombre de sièges utilisés, est resté inchangé à 96%.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui