Bio Council veut assouplir la législation sur les gènes - 3

Le Conseil de la biotechnologie veut assouplir la législation sur les gènes

Il faut une loi plus prospective sur le génie génétique, selon le Conseil de la biotechnologie.

Le développement technologique et les perceptions peu claires des organismes génétiquement modifiés (OGM) augmentent la nécessité d’une révision de la législation, estime le Conseil, qui a pris il y a un an l’initiative d’un débat national sur le sujet.

Ensuite, l’ensemble de la Norvège a été invité à apporter sa contribution sur la manière dont devrait être un futur cadre réglementaire pour les OGM. Un « tour de consultation » similaire n’a jamais été mené auparavant.

Découvrez les Aurores Boréales

Un aperçu unique

– Les contributions ont fourni un aperçu unique de ce que divers environnements et individus pensent de la technologie OGM, est-il indiqué dans un communiqué de presse du Conseil.

Découvrez les Aurores Boréales

Parmi les intrants mis en évidence, il y a le fait que l’édition de gènes et d’autres technologies génétiques peuvent contribuer à une agriculture et une aquaculture plus durables et accroître la compétitivité norvégienne, tandis que dans le même temps, la responsabilité envers la nature et l’environnement et la confiance des consommateurs restent des facteurs importants.

Mardi, le Conseil de la biotechnologie présentera sa proposition de règlement sur les OGM lors d’une réunion publique à la Maison de la littérature à Oslo.

Plus de flexibilité

Un Conseil général de la biotechnologie estime qu’il est important d’avoir une loi sur le génie génétique tournée vers l’avenir qui assure une flexibilité suffisante tout en maintenant les autorités avec surveillance et contrôle.

Cela peut être fait, entre autres, en différenciant les exigences de l’analyse d’impact dans une plus grande mesure que ce qui est fait aujourd’hui. Les exigences relatives à une telle évaluation d’impact devraient être augmentées en fonction du risque, estime le Conseil.

Un conseil paritaire recommande également aux autorités de préparer et d’utiliser d’ores et déjà les possibilités contenues dans la réglementation en vigueur, pour une plus grande flexibilité dans le traitement des demandes d’utilisation d’OGM.

En outre, un comité public devrait être mis en place pour examiner de nouvelles propositions d’amendements aux dispositions du code génétique sur la dissémination des organismes génétiquement modifiés, estime le Conseil.

Révolution

Le Conseil rappelle que différentes technologies de modification génétique existent depuis plus de 30 ans. Ces dernières années, la région a connu un développement rapide. En particulier, la technologie CRISPR est révolutionnaire.

Cependant, les lois régissant le domaine ont été conçues au début des années 1990 et n’ont pas suivi le rythme des développements technologiques.

– Par conséquent, le débat s’intensifie en Norvège, dans l’UE et dans le reste du monde sur la manière dont le génie génétique devrait être réglementé, notamment si les réglementations actuelles sont adaptées à la recherche et au développement des produits de demain, écrit le Conseil dans le communiqué de presse.

Débat passionné

– Le débat s’est encore accentué après que la Cour de justice européenne a décidé en été que tous les organismes produits par génie génétique devraient être réglementés en tant qu’OGM. De plus en plus de gens veulent maintenant un débat pour savoir si les dispositions sur les OGM vieilles de près de 30 ans devraient être renouvelées, continue-t-il.

Une législation stricte a entraîné très peu de demandes d’utilisation ou de dissémination d’organismes génétiquement modifiés, souligne le Conseil.

Actuellement, seuls cinq types d’œillets génétiquement modifiés sont approuvés pour l’importation en Norvège.

Faits sur les organismes génétiquement modifiés (OGM)

  • Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont des organismes qui :
  • a des gènes introduits de la même espèce ou d’autres espèces par la technologie classique de modification génétique.
  • a fait l’objet d’une modification génétique – modifications ciblées avec ou sans insertion de matériel génétique.
  • ont reçu une livraison temporaire d’acides nucléiques, tels que des vaccins à ARN/ADN.
  • ont fait réguler leur « empreinte digitale » génétique, par ex. grâce à l’utilisation d’acides nucléiques.
  • a été fusionné avec des cellules d’une autre espèce.

Faits sur la loi sur la technologie génétique

  • Mis en place en 1993.
  • Réglemente la production et l’utilisation d’organismes vivants génétiquement modifiés (OGM), tels que les plantes, ainsi que les substances et produits en contenant ou constitués de tels.
  • La loi veille à ce que la production et l’utilisation se fassent d’une manière éthiquement et socialement saine, conformément au principe du développement durable et sans danger pour la santé ou l’environnement.
  • Les OGM morts / transformés (par exemple pour les aliments pour animaux et les denrées alimentaires) sont réglementés par la loi sur la fabrication des aliments et la sécurité alimentaire.
  • Les OGM interdits dans l’UE sont automatiquement interdits en Norvège. La Norvège peut également interdire un OGM approuvé par l’UE, en raison d’une exception permanente dans l’accord EEE.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui