Les éleveurs de fourrure poursuivent la Norvège pour interdiction - 3

Les éleveurs de fourrures poursuivent la Norvège en justice pour la liquidation de l’industrie

Cinq éleveurs de fourrures poursuivent la Norvège en raison de la décision du gouvernement de mettre fin à l’industrie. – Une tentative de contrecarrer, dit l’Animal Welfare Alliance.

– Ce sont des gens qui se voient refuser tout leur gagne-pain sans processus démocratique, déclare Christian Flemmen Johansen, représentant les cinq éleveurs de fourrures, dans un communiqué de presse.

– Le gouvernement a l’intention de fermer une industrie rentable qui ne nuit ni à la société ni aux autres. Rien de semblable n’a été fait ces derniers temps, et nous pensons que c’est contraire à la Constitution, poursuit l’avocat.

Découvrez les Aurores Boréales

Liquidation d’ici 2025

Le gouvernement a l’intention de présenter une proposition parlementaire au Parlement norvégien concernant une interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure avec une période de liquidation pour les producteurs existants jusqu’à la fin de 2024. Cela est devenu connu en janvier, lorsque les libéraux ont réclamé une interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure. la plate-forme Jeløy. À peine un an auparavant, en janvier 2017, le Parlement avait accepté de protéger et de développer l’élevage d’animaux à fourrure par le développement durable plutôt que par la liquidation de l’industrie.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

– Les cinq plaignants ont subi d’énormes pertes financières et ont été soumis à un fardeau énorme en raison de la déclaration de Jeløy. Ce procès porte sur les règles de conduite de base dans notre société et sur la tentative du gouvernement de mettre fin aux moyens de subsistance de centaines d’agriculteurs, selon Flemmen Johansen.

Désespéré

L’Alliance pour le bien-être des animaux estime que le procès est «une tentative désespérée de contrecarrer» le processus.

– Les éleveurs de fourrures ont un cas très pauvre. Leur affirmation n’est pas étayée par la jurisprudence norvégienne, à juste titre. Si une décision parlementaire lierait le Parlement et le gouvernement pour des occasions ultérieures, cela conduirait à une rupture de la gouvernance, répond l’avocat de l’Animal Welfare Alliance, Live Kleveland, dans un communiqué de presse. Elle souligne que le service juridique du ministère de la Justice considère la liquidation comme légale.

Kleveland pense que le procès ne servira guère les éleveurs de fourrures en tant que groupe, mais créera plutôt de l’incertitude pendant que l’affaire progresse.

Il y a environ 200 éleveurs de fourrures en Norvège, qui emploient environ 500 personnes. L’industrie exporte pour 300 millions de NOK par an, informe Flemmen Johansen.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui