Mutilations génitales et mariage forcé - 3

Élargit l’obligation de signaler les mutilations génitales et les mariages forcés

Le gouvernement norvégien étend l’obligation de signaler les mutilations génitales et les mariages forcés. Il préconise que la famille et les amis puissent également être tenus pénalement responsables s’ils ne signalent pas les mutilations génitales imminentes et les mariages forcés.

Born Free (Født Fri) a reçu cette semaine la visite du ministre de la Justice, Tor Mikkel Wara, et du député Kari Kjønaas Kjos (tous deux du Parti du progrès). Ils ont apporté avec eux la nouvelle que des propositions de modifications législatives seront présentées. Ils auront un impact direct sur les zones avec lesquelles Born Free travaille. Le ministre de la Justice a fait le compte rendu suivant de ce que les changements législatifs impliqueront:

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Ce sont deux propositions pour empêcher le mariage forcé et les mutilations génitales. Nous proposons d’étendre l’obligation de faire rapport. Cela signifie que chacun a la responsabilité de prévenir les mutilations génitales. Il est punissable de ne pas l’empêcher de se produire. Il en va de même pour les mariages forcés. Il y a aussi une proposition dans laquelle nous déclarons que le mariage forcé est interdit même s’il se produit à l’amiable. c’est-à-dire à travers des rituels qui ne sont pas formellement légaux, exécutés par un pasteur, un imam ou autres.

Chiffres «  sombres  »

Le leader de Born Free, Shabana Rehman déclare:

« Même s’il y a des nombres «sombres» considérables autour de cela, c’est un phénomène assez répandu, et un cas est un cas de trop. Nous devons mettre fin à ce genre d’abus envers les humains, et rendre responsable une plus grande partie de l’environnement autour de ceux qui peuvent être en danger est un grand pas dans la bonne direction. Ce n’est pas seulement aux professionnels de signaler lorsqu’ils sont inquiets, et dans de nombreux cas, les dommages se sont déjà produits.

Ces changements mettront également plus de pression sur la famille et les environs pour qu’ils abandonnent les pratiques culturelles ou religieuses qui peuvent être illégales, sachant que la probabilité de divulgation est plus grande.

Nous pensons également qu’il est positif qu’il y ait un changement concernant les mariages par des canaux informels. Malheureusement, pour beaucoup, c’est une réalité qu’ils sont mariés contre leur gré et qu’ils ne peuvent plus tard s’en sortir, car il revient aux chefs religieux d’accorder le divorce au lieu de la loi norvégienne. Nous remercions le Gouvernement d’avoir pris cette question au sérieux et d’avoir montré sa capacité à écouter ceux d’entre nous, membres de la société civile, qui traitons cette question au quotidien.

Je ne vois pas cela comme un simple resserrement, mais comme une extension de la responsabilité. Il est grand temps, et cela montre que nous sommes maintenant parvenus à une compréhension plus profonde du fonctionnement de la culture de l’honneur et de la honte.

© Født ven / #La Norvège aujourd’hui