Deux femmes retrouvées assassinées au Maroc - 3

Maroc: deux étudiants retrouvés morts dans les montagnes

Une Norvégienne et une Danoise sont retrouvées mortes avec des coups de couteau à l’extérieur d’un village dans les montagnes de l’Atlas au Maroc, selon le ministère de l’Intérieur du pays.

Les femmes touristes ont été retrouvées avec de violentes blessures causées par un objet tranchant, rapporte le ministère dans un communiqué publié lundi.

Une enquête criminelle est en cours.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Les autorités norvégiennes ont été informées de l’incident lundi après-midi. Lundi soir, il y avait encore une incertitude quant à un certain nombre de circonstances entourant l’affaire, notamment si leurs proches avaient été informés.

– Nous travaillons sur la cartographie de l’état d’avancement de l’affaire, déclare à NTB l’attachée de presse du ministère norvégien des Affaires étrangères (UD), Ane Lunde. Ils sont désormais en contact avec les autorités marocaines.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les étudiantes ont été retrouvées dans une région montagneuse isolée près du village d’Imlil dans les montagnes de l’Atlas. Imlil, située à 70 kilomètres de Marrakech, est souvent utilisée comme point de départ pour des excursions vers la montagne Toubkal, la plus haute montagne d’Afrique du Nord.

On ne sait pas encore exactement quand les deux Scandinaves sont morts dans la nuit.

Personne appréhendée

Le lendemain du jour où un étudiant norvégien et un étudiant danois ont été retrouvés tués au Maroc, une personne a été arrêtée et accusée de leur meurtre.

Selon le ministère de l’Intérieur du Maroc, la police recherche plusieurs autres suspects dans l’affaire, mais on ne sait pas qui ils sont.

Les deux femmes, Maren Ueland (28) de Bryne, près de Stavanger à Rogaland et Louisa Vesterager Jespersen (24) de Grindsted dans le sud du Jutland, au Danemark, ont été retrouvées mortes dans une zone montagneuse près d’Imlil au sud de Marrakech au Maroc lundi.

Les autorités marocaines déclarent que les deux avaient des blessures compatibles avec la violence causée par un objet pointu. Tous deux sont étudiants à l’Université du sud-est de la Norvège à Bø in Telemark.

Rassemble ses camarades

Mardi matin, les camarades et professeurs se réuniront à l’école.

– Nous avons reçu aujourd’hui la mauvaise nouvelle que deux étudiants de l’USN du campus Bø ont été tués au Maroc. Je rencontrerai leurs camarades et professeurs aujourd’hui. Ils sont en deuil, et nous nous concentrons avant tout à prendre soin d’eux. Finalement, nous organiserons un mémorial, dit le chef de la direction, Petter Aasen, à NTB.

Les étudiants fréquentent la deuxième année d’un programme de licence en vie en plein air que l’université propose à Bø in Telemark.

– Ils étaient expérimentés en plein air. J’ai été informé qu’ils étaient en vacances privées. Le voyage était bien planifié et il s’est rendu dans une zone considérée comme sûre, informe le chef de la direction.

L’université déclare sur son site Internet que le voyage dans lequel ils se sont embarqués était prévu pour durer un mois. L’USN a reçu le message que les deux hommes avaient été retrouvés morts dans la nuit précédant mardi et ont formé une équipe de gestion de crise.

Très surpris

– Tout le monde ici est très surpris et assez bouleversé par ce qui s’est passé, dit Thor Arne Hauer, un Norvégien résidant au Maroc.

Il vit au Maroc et organise des tournées dans la région où les femmes ont été retrouvées. Hauer souligne que le Maroc est bas dans les listes de destinations de voyage dangereuses pour les touristes.

La scène du meurtre se trouve, selon VG, sur un chemin isolé dans la chaîne de montagnes de Sidi Chamharouch, à environ 10 km de la ville d’Imlil. Imlil est situé à 70 km au sud de Marrakech. La ville est fréquemment utilisée comme point de départ pour des excursions vers la montagne Toubkal, la plus haute d’Afrique du Nord.

Des sources disent au journal que les femmes sont arrivées dimanche. Ils ont été retrouvés par des passants lundi matin.

Un grand nombre de policiers et d’agents de sécurité sont présents sur et autour de la scène du crime.

– Toute la région est bouclée, il y a beaucoup de policiers dans la région et des hélicoptères dans les airs. Toutes les randonnées prévues sont annulées pour des raisons de sécurité, écrit le journal en ligne marocain Medias24.

Le journal a contacté un guide local qui dit que s’ils avaient emmené un guide, ils n’auraient jamais été autorisés à passer la nuit dans la région reculée où ils ont été trouvés.

Une mère se souvient d’une fille qui aime le plein air

Maren Ueland et son compagnon de voyage danois avaient pris toutes les mesures de précaution avant le voyage au Maroc, selon la mère de la victime du meurtre norvégien.

– Elle était si incroyablement bonne. Sa première priorité était la sécurité. Les filles avaient pris toutes les précautions nécessaires avant de se lancer dans ce voyage, raconte Irene Ueland à NRK.

Elle décrit la fille de 28 ans comme une amante chaleureuse et en plein air et comme une personne engagée. La mère a entendu parler de sa fille pour la dernière fois le dimanche 9 décembre à leur arrivée au Maroc. Elle a ensuite envoyé un texto que tout allait bien, mais qu’elle ne voulait pas beaucoup utiliser le téléphone portable dans le temps à venir.

Ueland est originaire de Bryne, au sud de Sandnes dans le Rogaland mais étudie à Bø en Telemark. Cela vaut également pour la victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen (24 ans).

La mère de Jespersen dit, de son côté, que sa fille est allée au Maroc contrairement aux souhaits de sa famille.

– Nous lui avons conseillé de ne pas s’y rendre car c’est tellement chaotique et vous avez entendu parler de personnes qui ont été tuées là-bas, déclare Helle Jespersen au journal danois Berlingske Tidende.

Elle dit que sa fille était à la recherche d’expériences et se souvient d’elle comme d’une fille heureuse et positive.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui