Faraj Ahmad peut se rendre en Italie - 3

Faraj Ahmad peut se rendre en Italie pour faire face à des accusations de terrorisme

Le gouvernement norvégien pense que Najumuddin Faraj Ahmad (alias Mullah Krekar) a finalement reçu des documents lui permettant de se rendre en Italie et d’y répondre des accusations de terrorisme qui pèsent contre lui. Son avocat de la défense ne pense pas que ce soit correct.

Dans un communiqué de presse, la Direction de l’Immigration écrit :

« La Direction norvégienne de l’immigration a, sur instruction du ministère de la Justice, décidé que Najumuddin Faraj Ahmad, mieux connu sous le nom de Mullah Krekar, recevra les documents de voyage nécessaires pour se présenter devant un tribunal en Italie.

L’avocat norvégien de la défense du « Scholar » (Mulla), Brynjar Meling, n’a pas été informé par le ministère de l’évolution de l’affaire lorsque NTB l’a contacté.

Découvrez un magnifique Fjord

– Je m’inscris à ce qu’ils informent d’abord les médias. Je crois qu’il s’agit plus d’un stratagème médiatique que de la réalité, répond-il et ajoute :

Découvrez un magnifique Fjord

– Je vais maintenant attendre et voir s’il y a autre chose que des débordements politiques populistes à venir.

Sur la liste des terroristes de l’ONU

Plusieurs conditions ont rendu difficile le voyage d’Ahmad en Italie. Il a été expulsé car il représentait un risque pour la sécurité de la Norvège et a également imposé des restrictions de voyage car il figure en bonne place sur la liste des terroristes des Nations Unies.

Meling dit qu’Ahmad aimerait se rendre en Italie pour témoigner devant le tribunal italien, mais il ne voit pas comment cela peut se concrétiser.

– Pour le rendre viable, il doit être retiré de la liste des terroristes. Il doit également être muni d’une garantie qu’il peut retourner [to Norway] et qu’il ne sera pas appréhendé ou arrêté en Italie dans le cadre de l’affaire, exige Meling.

Pas de cas ordinaire

Dans sa déclaration concernant les documents de voyage, le ministère fait également référence au fait qu’Ahmad a été expulsé de Norvège et figure sur la liste des Nations Unies des terroristes recherchés.

– Autrement dit, ce n’est pas un cas courant de documents de voyage, est-il mentionné.

La décision a été prise par la Direction de l’immigration, et selon le ministère, Ahmad sera suivi par la police norvégienne vers et depuis l’Italie dans le cadre du procès. De plus, il lui sera délivré des documents de voyage suffisants à cet effet.

Le gouvernement déclare :

« Ni l’arrêté d’expulsion ni les restrictions de voyage ne l’empêchent de pouvoir se rencontrer en Italie de cette manière.

– Pour les autorités norvégiennes, il est très important de ne pas empêcher le procès d’Ahmad devant un tribunal italien, explique le ministre de la Justice et de l’Immigration, Tor Mikkel Wara (Parti du progrès).

Pas de fondation

Brynjar Meling estime à son avis qu’il n’y a aucune base pour aucun cas contre Ahmad en Italie.

– Si l’Unité de sécurité de la police (PST) et le bureau du procureur norvégien, ou quelqu’un d’autre en Norvège, avaient pensé qu’il était associé au terrorisme, il aurait été inculpé à maintes reprises en Norvège et non envoyé en Italie, a déclaré l’avocat de la défense. croit.

Le procès en Italie a été reporté à plusieurs reprises. Le 10 décembre, il a été reporté à février de l’année prochaine.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui