Apprendre en dormant - Norway Today - 3

Est-il possible d’apprendre une langue en dormant?

Les chercheurs ont enfin prouvé que nous pouvons acquérir du vocabulaire à partir d’une langue totalement inconnue pendant que nous dormons profondément. Plus important encore, ils restent stockés en mémoire après notre réveil.

Le temps de «Never, Never Land» a été considéré comme peu productif. Une question a été au cœur de la recherche sur le sommeil: pouvez-vous utiliser le temps de rêve pour apprendre, une langue totalement inconnue ou similaire? Plusieurs scientifiques du sommeil en ont déjà douté. Une équipe interdisciplinaire de l’Université de Berne en Suisse estime que c’est possible.

Jour

Les personnes testées qui dormaient pendant la journée ont appris une sélection de mots. Les mots représentaient des objets petits et grands tels que des maisons, des éléphants, des clés et du liège. Ils ont été construits à partir d’une langue fictive avec des traductions correspondantes.

Découvrez les Aurores Boréales

Les mots ont été lus à haute voix aux «rats de laboratoire» à plusieurs reprises. Au cours de stades spécifiques de sommeil profond, des formations de mémoire sont apparues dans l’hippocampe. L’hippocampe est probablement la banque de mémoire la plus importante du cerveau.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Après leur réveil, les personnes se sont fait relire les mots pendant qu’elles étaient éveillées. Ils ont largement réussi à les classer dans différentes catégories par taille.

Les sujets du test, en d’autres termes, ont réussi à rappeler des associations de mémoire à plusieurs mots dans une langue complètement inconnue. Des mots dont ils n’avaient aucune connaissance avant de faire une sieste plus tôt dans la journée.

À la fois passionnant et important

Professeur au Département de Psychologie de l’Université de Berne, Katharina Henke, a dirigé la collaboration de recherche «Decoding Sleep» aux côtés de Marc Züst et Simon Ruch.

Henke prédit que la recherche sur la façon de bénéficier de l’apprentissage du sommeil profond sera un sujet dans les années à venir. Ce sera également un sujet qui aura le potentiel d’ajouter des informations au cerveau dans un état inconscient.

Chercheur sur le sommeil, Bjørn Bjorvatn, est le chef et professeur au Centre national de compétence sur les troubles du sommeil à l’hôpital universitaire Haukeland de Bergen.

«Ce sont des résultats passionnants, qui montrent encore une fois que le sommeil est très important. Ici, la recherche démontre son importance pour la mémoire et l’apprentissage. Plusieurs autres études ont également montré l’importance du sommeil pour un certain nombre de fonctions différentes », explique-t-il à NTB.

Même zone cérébrale

Les résultats de l’étude sont publiés dans la revue de recherche «Current Biology». Le co-auteur, Marc Züst, trouve particulièrement intéressant que lorsque les sujets du test associaient quelque chose aux mots de langue étrangère, les souvenirs étaient extraits de la même zone du cerveau qui stockait les souvenirs de l’apprentissage normal – à savoir l’hippocampe.

Ces constructions cérébrales semblent façonner les souvenirs, quel que soit l’état de conscience – inconsciemment sous un sommeil profond ou conscient pendant l’éveil, explique Züst.

L’un des autres chercheurs à l’origine du projet, Simon Ruch, estime que les résultats démontrent que même un apprentissage avancé est possible pendant le sommeil profond.

Long chemin à parcourir

C’est un long chemin à parcourir avant de pouvoir éventuellement prendre la position horizontale et apprendre une langue couramment en dormant.

Bjorvatn rappelle que vous devez néanmoins tenir compte du fait que la recherche montre une fois de plus l’importance du sommeil pour que le corps fonctionne.

«Pensez au nombre de personnes qui n’accordent pas la priorité au sommeil assez haut. Cela a des conséquences. Peut-être quelque chose à penser quand, le soir, on choisit de rester éveillé pendant une heure de plus – au lieu de donner la priorité au sommeil », dit-il à NTB.

Faits sur le sommeil

  • Une condition où le corps est en repos profond, la consommation d’énergie est réduite et les mouvements du corps et les fonctions intellectuelles réduits.
  • En raison d’une capacité physique et mentale réduite, on réagira dans une moindre mesure aux stimuli sensoriels tels que les sons, la lumière et le toucher.
  • La réaction aux stimuli sensoriels dépend de la profondeur du sommeil, de la force des stimuli auxquels on est exposé et du fait qu’ils soient lisses ou soudains.
  • Le sommeil est souvent divisé en cinq étapes où le sommeil synchronisé, sans mouvements oculaires ni rêves, constitue les quatre premiers et le sommeil de rêve, le sommeil paradoxal, ce dernier. Les étapes sont répétées plusieurs fois au cours de la nuit.
  • Le sommeil de rêve équivaut à environ 20% du sommeil d’une nuit normale pour les adultes.
  • Environ un tiers de la vie humaine est utilisée pour dormir, et personne ne sait vraiment pourquoi cela est nécessaire.
  • Il est clair qu’un sommeil adéquat peut être un facteur important, entre autres, pour se sentir bien, pour l’équilibre émotionnel, pour mieux tolérer divers stress et douleurs et pour la capacité de concentration. La contribution réelle du sommeil n’est pas certaine.
  • Selon certaines théories, le sommeil est nécessaire pour développer davantage les impressions à partir de l’état d’éveil. Le traitement des expériences d’aujourd’hui, le tri des informations, le stockage des informations dans la mémoire et la formation de nouveaux composés dans le cerveau peuvent devoir se dérouler sans être dérangés et au repos.
  • Les scientifiques se posent depuis longtemps la question de savoir si le cerveau peut être rempli de connaissances et apprendre des choses en dormant, ce dont on peut ensuite profiter.

Faits sur l’apprentissage pendant votre sommeil

  • Au cours des 20 dernières années, il a été prouvé à plusieurs reprises que les humains peuvent absorber de nouvelles informations pendant leur sommeil, mais il reste à prouver qu’il est possible d’apprendre quelque chose de avancé et d’en profiter à l’état de veille.
  • En 2019, des scientifiques suisses ont pour la première fois montré que les informations linguistiques, sous forme de mots dans une langue étrangère avec des traductions associées, peuvent être stockées en mémoire pendant le sommeil profond où les ondes cérébrales sont lentes et lorsque le cerveau est en mode actif. Ils ont également montré que les associations avec les mots peuvent être récupérées de la mémoire à l’état éveillé.
  • Les 75 personnes de langue allemande, qui ont participé à l’expérience, ne savaient pas quoi tester, seulement qu’elles devaient être recherchées pendant qu’elles dormaient. Seuls 41 d’entre eux ont atteint un sommeil aussi profond que nécessaire pour que les longueurs d’onde lentes du cerveau apparaissent et qu’un souvenir se forme.
  • 40 mots fictifs traduits en allemand leur ont été lus quatre fois. Par exemple, le mot allemand pour «maison» a été traduit par le mot fictif «tofer», le mot «liège» était «aryl», «éléphant» était «guga». Quand ils se sont réveillés, les mots fictifs ont été lus. On a ensuite demandé aux sujets du test s’il s’agissait d’un objet qui tiendrait ou non dans une boîte à chaussures.
  • Même pendant le sommeil profond, le cerveau bascule entre le mode actif et inactif toutes les demi-secondes. Les résultats montrent que la probabilité que les personnes testées obtiennent la bonne réponse au test lorsqu’elles étaient éveillées augmentait avec le nombre de fois où elles avaient lu des mots alors que le cerveau était en mode actif pendant le sommeil profond.

Sources

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui