Un étudiant sur quatre en Norvège a abandonné ses études, selon un nouveau rapport - 3

Un étudiant sur quatre qui a commencé des études universitaires et collégiales en 2012 a décroché.

Les chiffres proviennent du rapport Frafall sur les changements dans l’enseignement universitaire et collégial, de Statistics Norway (SSB). Les chercheurs ont suivi la cohorte d’étudiants qui ont commencé un programme d’études en 2012, jusqu’en 2020.

Parmi ceux qui ont abandonné leurs études, 38 % ne sont jamais retournés dans le secteur universitaire et collégial. 32 % sont revenus mais ont de nouveau abandonné et n’ont pas fini de le terminer.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Sept sur dix n’ont pas obtenu de diplôme

Au total, cela signifie que sept sur dix qui ont abandonné à un moment donné n’ont jamais obtenu de diplôme.

Découvrez un magnifique Fjord

« Cela peut affecter les futures opportunités d’emploi et le revenu viager de l’individu. Pour la société dans son ensemble, cela peut signifier une perte de connaissances et de compétences qui auraient pu être utilisées sur le marché du travail », a averti Maj-Lisa Lervåg, l’une des auteurs du rapport.

Beaucoup sont revenus

Dans le même temps, une proportion importante – un total de 27 % – des étudiants sont revenus et ont finalement terminé soit le diplôme d’origine, soit un nouveau programme d’études.

« C’est bien que beaucoup d’étudiants reviennent. Les coûts du décrochage sont nettement inférieurs à la fois pour l’individu et pour la société si l’étudiant réussit à revenir et à terminer une autre formation », a déclaré Lervåg.

Beaucoup de ceux qui ont étudié pendant longtemps ont trouvé un emploi

Moins de 29 % des étudiants qui ont abandonné au cours de la première année d’études occupaient un emploi à temps plein vers la fin de l’année universitaire suivante. Le chiffre correspondant pour les étudiants qui ont abandonné après la cinquième année d’études était de 39 %. Pour ceux qui ont abandonné au cours de la sixième année d’études ou plus tard, le chiffre était de 49 %.

« Les coûts sociétaux seront moindres dans les cas où les étudiants quittent une formation diplômante pour aller directement à un emploi », a déclaré le chercheur.

L’éducation des parents entre en jeu

Les chercheurs savent que le niveau de scolarité des parents compte encore beaucoup pour le risque de décrochage des élèves. Le rapport montre également que la tendance est la même en ce qui concerne les personnes qui retournent aux études supérieures après un décrochage.

Ceux qui sont revenus et ont terminé leurs études après avoir initialement abandonné avaient des parents ayant fait des études supérieures dans une plus large mesure que ceux qui ne sont pas revenus.

« Il est inquiétant que les étudiants dont les parents ont un faible niveau d’éducation abandonnent plus souvent définitivement l’enseignement supérieur », a déclaré Maj-Lisa Lervåg, chercheuse à Statistics Norway.

Remarque : L’image utilisée est uniquement à des fins d’illustration.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayEducation

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no