Les bus touristiques «bannis» du centre d'Oslo - 3

Les bus touristiques «bannis» du centre d’Oslo

Le bureau de l’environnement de la ville d’Oslo demande aux bus touristiques de rester à l’extérieur du Ring 1, à l’exception de quelques rues derrière l’entrepôt du port.

Cela apparaît dans une brochure intitulée «Modèle de conduite recommandé pour les bus touristiques dans le centre d’Oslo». L’affaire est mentionnée pour la première fois par Finansavisen.

Guide d’Oslo certifié, Tove Gjersrud, est très sceptique à l’égard de la mesure.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

«Nous allons traverser des tunnels. Ou est-il supposé que nous devons conduire jusqu’à Ekeberg et voir la ville à partir de là? Nous ne pensons pas qu’Oslo accueille ces touristes », déclare Tove Gjersrud à Finansavisen.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Elle est candidate des conservateurs pour les prochaines élections locales mais souligne au journal qu’elle s’exprime en tant que guide d’Oslo dans cette affaire.

Je ne verrai pas les attractions touristiques

Gjersrud dit que la recommandation du conseil municipal signifie que les touristes ne voient ni le Parlement, Kvadraturen (la place), la mairie, la forteresse, la porte Karl Johans, la cathédrale ou le théâtre national depuis le siège du bus.

La brochure indique qu’il n’est pas recommandé d’utiliser les rues centrales du Ring 1 pour la circulation, en raison de la fréquence des transports en commun et des travaux routiers en cours. Cela concerne, entre autres rues, Stortingsgata.

«Je comprends qu’il ne faut pas être sur le chemin des transports publics. Mais qu’est-ce qu’un bus s’il ne s’agit pas de transports publics? » Demande Gjersrud.

Défie l’industrie

Dans un courriel adressé à Finansavisen, la secrétaire du conseil municipal, Kari-Anne Isaksen (OMD), écrit que le conseil municipal est préoccupé par le fait que tous les touristes à Oslo devraient pouvoir se déplacer rapidement et facilement.

La croissance de l’industrie du tourisme ces dernières années suggère que «il y a peu de signes de mécontentement parmi les touristes, ou que les conditions sont mal préparées».

Isaksen met plutôt l’industrie du tourisme au défi de repenser et écrit qu’il y a de moins en moins d’espace à Oslo.

«Il n’est pas certain que les grands bus touristiques soient le moyen le plus efficace de transporter les touristes à l’avenir», conclut Isaksen.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui