Le comité EOS critique fortement PST - Norway Today - 3

Le comité EOS critique fortement PST dans son rapport annuel

Le Comité EOS (Renseignement, Surveillance et Sécurité) écrit dans son rapport annuel que le Service de Sécurité de la Police (PST) a enfreint la loi dans une grande partie des cas.

Le chef de la commission, Eldbjørg Løwer, a remis mercredi le rapport annuel au président parlementaire Tone Wilhelmsen Trøen. Il ressort du rapport que PST, dans une grande partie des cas, a soumis des informations aux autorités de dédouanement de manière orale sans documentation écrite.

En outre, le Comité souligne que le PST, dans un cas, a enregistré des informations sur l’engagement politique et les a transmises à une autorité de confiance. C’est interdit et le comité a critiqué le service.

Découvrez les Aurores Boréales

Le comité a également critiqué PST pour avoir obtenu un journal de discussion sur une base illégale.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

La commission du renseignement, de la surveillance et du contrôle de la sécurité (commission EOS) du Parlement norvégien est chargée de vérifier de manière indépendante si les services secrets respectent les règles et les réglementations, en particulier pour empêcher que des individus ne soient soumis à une surveillance illégale.

Réunions de confiance

Les informations fournies par PST sur un peu moins d’une vingtaine de personnes de 2015 à 2017 ont été revues. En outre, le comité a examiné quelles informations le service a enregistrées à ce sujet et comment l’autorité de dédouanement a traité ces informations.

Le comité estime que le service a systématiquement prévu la tenue de réunions avec l’autorité de dédouanement si le service a « plus de détails que ce qui est indiqué dans la lettre ou que la section souhaite clarifier les informations soumises ».

Dans la moitié des cas examinés par le comité, PST a organisé des réunions avec l’autorité de dédouanement.

« Cela signifie probablement que la divulgation d’informations lors des réunions se produit dans une plus grande mesure que ce que PST a décrit dans sa réponse. Nous pensons que de bonnes raisons indiquent que les informations de contrôle personnel doivent être divulguées par écrit », écrit le comité.

PST a déclaré que le service pourrait avantageusement fournir plus d’informations par écrit à l’autorité de dédouanement dans des cas individuels. Le service a également déclaré que la documentation dont les informations de contrôle personnel ont été fournies lors des réunions n’a pas été satisfaisante.

Le service a affiné la pratique, note le comité.

Service de renseignements

Le service de renseignement fait également l’objet de critiques. Ils pensaient qu’ils avaient le pouvoir de passer en revue les informations provenant de la communication entre des personnes en Norvège, même si elles avaient été collectées illégalement. Le comité conclut que le service de renseignement n’est pas autorisé à le faire.

La raison pour laquelle le comité a posé des questions à ce sujet était qu’ils avaient d’abord eu l’impression que le service de renseignement avait entendu à travers du contenu qui avait été illégalement collecté et qui a été discuté dans le rapport annuel de 2017. Par la suite, le service a informé qu’il n’avait pas écouté le contenu de cette affaire.

En outre, le comité écrit qu’il y a une raison de douter de la légalité de l’obtention par le service de renseignement d’informations provenant de sources ouvertes sur les Norvégiens pendant leur séjour en Norvège.

Le rapport traite également du rôle du notifiant. Ici, le Comité estime que la protection des lanceurs d’alerte devrait être considérée comme réglementée dans la loi sur le contrôle de l’EOS et éventuellement aussi dans le règlement des services.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui