40% des femmes atteintes d'HG envisagent l'avortement - Norway Today - 5
La grossesse n’est pas toujours simple. Photo: pixabay

40% des femmes souffrant de nausées extrêmes (HG) envisagent l’avortement

l’hyperemesis gravidarum (HG) est l’une des raisons les plus courantes pour lesquelles les femmes enceintes sont admises à l’hôpital. Deux femmes sur cinq souffrant de cette maladie ont envisagé un avortement.

C’est ce que montre une étude norvégienne menée par Relis (centres régionaux d’information sur les médicaments), les universités d’Oslo et de Bergen.

Découvrez un magnifique Fjord

Les femmes souffrant de nausées de grossesse extrêmes (HG) dans l’étude déclarent que la condition est l’une des pires qu’elles aient vécues. Ils ajoutent en outre que les nausées ont eu de graves conséquences pour eux – à la fois mentalement et socialement.

»Les femmes décrivent l’expérience comme« une torture inhumaine »,« être en prison pendant neuf mois »et que« HG est bien pire que la naissance réelle ». Pas moins de deux femmes sur cinq participant à l’étude indiquent qu’elles envisageaient un avortement en raison de nausées », écrit le pharmacien de Relis, Gro C. Havnen, dans un communiqué de presse.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Les participants affirment également que le personnel de santé norvégien n’a pas une connaissance suffisante de la maladie et montre peu de compréhension du niveau de stress du HG. Plusieurs de ces femmes ajoutent qu’elles éprouvent des commentaires insensibles de la part du personnel de santé.

«La perception générale selon laquelle la nausée fait naturellement partie de la grossesse et quelque chose que les femmes enceintes doivent simplement affronter peut, malheureusement, contribuer à ce que les femmes enceintes atteintes de HG ne reçoivent pas le traitement dont elles ont besoin; La nausée est considérée comme banale », explique l’un des chercheurs à l’origine de l’étude, explique son collègue Bich Truong.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui
Flux RSS