Bollestad en larmes défend sa position sur les enfants de l'EI - Norway Today - 3

Bollestad en larmes défend la position norvégienne sur les enfants de l’EI

Olaug Bollestad aborde un large éventail de questions dans son premier – et probablement le dernier – discours en tant que chef de parti devant l’Assemblée nationale des démocrates-chrétiens (Krf). Elle ne peut retenir ses larmes sur les enfants norvégiens bloqués en Syrie.

Les deux enfants de combattants de l’État islamique (EI), le congé parental et la politique de district sont des sujets abordés par Bollestad dans son discours. De plus, elle consacre à la fois de l’espace et du temps à des histoires personnelles concernant l’hémorragie cérébrale et l’adolescence de son mari face à une mère souffrant de maladie mentale.

Devant une Assemblée nationale bondée à Sola, un poste de péage éloigné de Stavanger, Bollestad brode sur ses expériences profondément personnelles afin d’illustrer l’importance d’«avoir une communauté locale qui se soucie».

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai voulu faire de la politique en 2003 », affirme Bollestad.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Bollestad continue comme vice-président de KrF après l’Assemblée nationale.

Bollestad sur les enfants en Syrie

Une question délicate pour KrF ces derniers temps est l’avenir des enfants des combattants de l’EI en Syrie. De nombreux spectateurs sont curieux de savoir ce que le chef du parti par intérim a à dire sur la question, pour le moins, controversée.

«Nous savons que ce n’est pas une solution claire à cela. Il y a de nombreux défis et de nombreux dilemmes », a déclaré Bollestad dans son discours de vendredi.

« Mais ce sont des enfants, et ce sont nos enfants », poursuit un Bollestad en larmes sous les ovations vigoureuses de l’assemblée.

Il y a un grand désaccord au sein du gouvernement sur ce qu’il faut faire avec ces enfants. Alors que le Parti du progrès ne souhaite amener aucun d’entre eux en Norvège, le Premier ministre Erna Solberg a ouvert la porte pour ramener des enfants norvégiens orphelins. Solberg a également laissé la porte entrouverte en ce qui concerne le retour d’autres enfants – avec le consentement des parents – sans leurs parents.

Le futur chef de Krf, ministre de l’Enfance et de la Famille, Kjell Ingolf Ropstad, a soutenu le Premier ministre jusqu’à présent.

« Maintenant, nous devons prioriser les plus vulnérables, ceux qui n’ont pas de mère et de père », souligne Bollestad. Elle soutient que KrF souhaite également aider les enfants dont les parents sont vivants.

Lors de Political Quarter sur NRK vendredi matin, elle doit admettre qu’il n’y a pas « une fenêtre d’opportunité » à l’heure actuelle.

Le temps presse pour le gouvernement

Dans le même temps, beaucoup à KrF pensent que le gouvernement ne va pas assez loin et que le travail avance trop lentement. C’est une question qui fait débat à l’Assemblée nationale.

« C’est une situation difficile, et je comprends que le gouvernement travaille sur le sujet. Mais maintenant, les gens commencent à s’impatienter, une solution doit venir bientôt. Nous avons fourni de l’espace au gouvernement, mais le temps presse », a déclaré la dirigeante de l’organisation de jeunesse, Martine Tønnessen (KrfU), au journal chrétien Vårt Land.

D’autres réagissent à la demande que les mères doivent accepter d’être séparées de leurs enfants si les enfants doivent être éligibles pour le retour en Norvège.

« Une terrible forme d’extorsion », a déclaré à Aftenposten la principale candidate de KrF pour le comté de Vestland, Trude Brosvik.


Prestations de soins à domicile, congé parental et les districts

Bollestad annonce en outre une «bonne nouvelle», certes stratégiquement divulguée au préalable, à savoir que le gouvernement norvégien a accepté d’annuler toutes les modifications contestées du régime de prestations de soins à domicile.

« Avec KrF au Parlement, nous l’avons adopté. Avec KrF au gouvernement, ça arrive ! » s’exclame Bollestad.

Elle prévient également que KrF poursuivra son travail au sein du gouvernement pour déplacer les emplois d’Oslo vers les districts.

Un débat est également prévu à l’Assemblée nationale sur la division du congé parental en trois périodes, à laquelle de nombreux démocrates-chrétiens s’opposent.

«Les mères et les pères de tout le pays disent non merci à l’État qui annule la façon dont la famille doit répartir les congés qui lui sont alloués. Ils veulent décider eux-mêmes. Je les comprends bien », conclut Bollestad.

Si les démocrates-chrétiens décrochent un non au triage proposé, trois des quatre partis gouvernementaux s’opposeront au projet.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui