Le Premier ministre Solberg veut égaliser les maisons de retraite - 3

Solberg veut réduire les disparités entre les maisons de retraite

La campagne électorale du Premier ministre Erna Solberg est bien avancée. Les conservateurs souhaitent désormais introduire une « norme de sécurité » pour diminuer les disparités entre les maisons de retraite norvégiennes.

Les résidents norvégiens ont les mêmes droits aux services de santé et de soins quelle que soit leur adresse postale, mais les différences municipales sont très importantes, selon une enquête de la Direction norvégienne de la santé.

« Il y a trop de variations dans la qualité des maisons de soins infirmiers. Nous allons donc introduire une norme de sécurité. La norme implique de faire prendre conscience de la façon dont on travaille avec l’activité, la nutrition et les soins dans les maisons de soins infirmiers de Norvège », a déclaré le Premier ministre Erna Solberg (Conservateurs) à NTB.

Le Premier ministre est en tournée de trois jours dans l’est de la Norvège. Sa promesse intervient dans le cadre d’une visite de campagne électorale à la maison de retraite Greverud de la municipalité d’Oppegård.

Propriété locale

La norme de sécurité est un outil cadre commun pour les maisons de repos et les municipalités. Il concerne l’élaboration de normes d’activité, de nutrition, de traitement de secours et de soins de fin de vie.

Les conservateurs entrent en mode campagne avec l’introduction d’une norme de sécurité dans toute la Norvège, sur la base des commentaires d’un projet pilote. Le concept est expérimenté à Tromsø, Sortland, Kristiansund et Eidskog.

« C’est une façon de travailler, où vous devenez plus conscient de ce qu’il faut faire dans différentes situations. Un exemple est ma mère qui est décédée dans une maison de retraite il y a quelques années. Là, la norme était que les personnes qui sont dans la phase finale de la vie ne devraient jamais mourir seules. Ceci est réalisé en apportant des ressources supplémentaires s’il n’y a personne en service », explique Solberg.

Elle souligne que l’appropriation locale est importante – quelque chose sur laquelle elle a reçu beaucoup d’informations lors de son voyage aller-retour dans l’est de la Norvège. Jeudi, elle a rencontré, entre autres, l’Aide à la Jeunesse à Lierre. Elle a également été informée en privé de l’état de la réforme de la police par le district de police du sud-est de Tønsberg.

« C’est agréable de rencontrer des gens. Il est également utile de rencontrer des élus locaux qui apportent une contribution importante à la campagne électorale locale », poursuit Solberg.

Voiture de course télécommandée

Le Premier ministre a également visité la maternelle Blomsterenga à Spydeberg. Elle a également pu piloter une voiture de course télécommandée – sur les instructions de l’ancien champion du monde de rallye Petter Solberg. Solberg a révélé qu’il avait remporté son premier titre de voiture de course dans les championnats norvégiens en 1987.

Après la visite d’Østfold, elle s’est précipitée à une « heure de questions » pour les enfants dans le bâtiment Eidsvolls, avec le président du Parlement Tone Trøen (Conservateurs).

« C’était très agréable. Ils étaient bien préparés, même si c’était le dernier jour avant les vacances d’été. Ils étaient préoccupés à la fois par les grands et les petits problèmes », sourit Solberg.

On lui a posé des questions sur tout, de la guerre à la pollution, en passant par la nourriture scolaire et le vieux classique : « Pourquoi devons-nous aller à l’école ? ».


Solberg n’a pas honte de voler

Le Premier ministre a commencé le vendredi en visitant l’émission de radio de NRK « The Political Quarter ». Là, Solberg informe que même elle vole en vacances cet été – sans aucune honte.

« Je pense qu’il est important que nous considérions également que nous pouvons atteindre nos objectifs sans avoir mauvaise conscience de profiter de vacances », affirme Solberg. Elle pense qu’il faut pouvoir voler quand on vient d’un pays froid et allongé comme la Norvège.

On a également demandé au Premier ministre si un financement public accru pourrait être la réponse à la rébellion des péages routiers qui se propage comme une traînée de poudre.

« C’est peut-être une réponse, mais cela implique que cela se fait au détriment de quelque chose d’autre que nous avons convenu de mettre en œuvre », répond Solberg. Elle souligne que les quatre parties travaillent sur une solution, sans entrer dans les détails sur la façon dont cela est fait.

La tournée du Premier ministre Solberg se termine samedi à Jaren dans la commune de Gran (Oppland).

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui