Le gouvernement resserre l'exigence norvégienne pour les réfugiés, jusqu'à quatre ans - 3

Les réfugiés ayant un diplôme d’études supérieures peuvent suivre un cours d’introduction de trois mois, tandis que les moins instruits recevront quatre ans de formation à la langue et à la société norvégiennes.

C’est ce qu’indique la proposition de nouvelle loi sur l’intégration que le gouvernement a présentée vendredi matin.

L’idée est d’établir un enseignement norvégien beaucoup plus organisé pour les réfugiés et les immigrants nouvellement arrivés lors du regroupement familial que ne le permet le programme d’introduction standardisé de deux ans d’aujourd’hui. Le programme d’introduction doit être adapté au niveau de compétence et d’éducation de l’individu.

Découvrez un magnifique Fjord

Il peut y avoir des personnes ayant une formation médicale, analphabètes ou très peu instruites qui seront assises dans la même salle de classe. Ce n’est pas comme ça que ça devrait être. Nous voulons une offre plus personnalisée pour l’individu et permettons à la durée du programme d’introduction de varier de trois mois à quatre ans, en fonction du type d’éducation et de compétence que l’on a dans le pays d’origine et de l’objectif final de l’individu. , déclare le ministre de l’Éducation et de l’Intégration Jan Tore Sanner (H).

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Exigences norvégiennes plus strictes
Le gouvernement propose également d’affiner l’exigence de compétences orales en norvégien pour que le droit à la citoyenneté norvégienne soit à un niveau où « on peut maintenir une conversation sur la plupart des sujets généraux et faire face à des situations imprévues ou à des questions qui se posent ». On devrait être capable de « parler de la plupart des sujets et de faire face à des situations imprévues sans avoir de problèmes de langage », selon Sanner.

La langue norvégienne est la clé pour participer aux petites et grandes communautés de la société et pour accéder à la vie professionnelle. Vous devez apprendre la langue pour trouver des emplois, des amis et des réseaux là où vous vivez, dit Sanner.

L’année dernière, 55 % des participants qui ont terminé le programme d’introduction sont allés directement au travail ou aux études.

Réforme de l’ensemble de la législation
Les propositions soumises pour consultation vendredi concernent la création de la loi sur l’intégration et des modifications à la loi norvégienne sur la citoyenneté.

Nous réformons actuellement l’ensemble de la législation et de la politique d’intégration norvégienne. Davantage de réfugiés recevront une éducation formelle et se mettront au travail. Nous devons veiller à ce que ceux qui viennent en Norvège et restent ici bénéficient des meilleures conditions pour utiliser leurs connaissances et leurs capacités et pour participer activement à la société, déclare Sanner.

Une autre est l’introduction d’un contrat d’intégration entre le réfugié individuel et la municipalité dans laquelle il réside. Le contrat doit contenir des objectifs spécifiques pour l’individu, y compris les attentes et les objectifs finaux pour l’éducation. Le gouvernement propose également un droit et une obligation d’orientation professionnelle et de cartographie des compétences.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui