L'environnement soudanais à Tromsø est attristé par les décès - 3

– « C’est tellement triste pour tout le monde. Pas seulement pour nous qui venons du Soudan, mais pour tous ceux qui vivent en Norvège », déclare Gamal Eldoum.

Eldoum parle d’une petite société soudanaise soudée à Tromsø, où tout le monde se connaît et est comme une grande famille. De nombreux membres de la société connaissent la famille qui a été touchée par deux décès, une enquête pour homicide et où deux filles sont hospitalisées pour des blessures graves après avoir été retrouvées sans vie dans l’eau près de Tromsøya lundi.

– « C’est une énorme nouvelle. Et personne ne peut rien faire », dit-il.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les enfants ont joué ensemble
NTB rencontre Eldoum chez lui où il vit à Tromsø avec sa famille. Ils sont arrivés en ville il y a six mois.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

À l’intérieur du salon se trouvent sa femme et ses trois enfants, qui, selon lui, ont beaucoup joué avec les enfants de la famille touchée.

« Ils ne savent rien », dit-il.

Et la famille ne sait pas quoi leur dire.

Les familles des enfants du Soudan se réunissaient régulièrement pour des fêtes et des événements. La famille touchée par le drame y a également participé.

Soutient le père
Eldoum dit qu’il n’a ni mangé ni dormi après avoir appris l’affaire lundi soir.
>

Mardi matin, lui et plusieurs autres membres de la société soudanaise se trouvaient à l’aéroport et soutenaient le père de la famille touchée, dit-il.

Le père s’est rendu à Oslo, où les deux filles survivantes de quatre ans et un enfant de six mois sont soignées pour des blessures mettant leur vie en danger au Rikshospitalet. Leur mère et sœur de six ans
est décédé à l’hôpital et la police a ouvert une enquête sur le meurtre de la mère.

Je pensais que tout était normal
NTB a parlé à plusieurs membres de la société soudanaise et ils disent qu’ils n’ont rien entendu dire à l’avance que la famille a des problèmes. Et que ce qui s’est passé est un choc.

– « Tout le monde pensait que tout était parfaitement normal », dit un Soudanais vivant à Tromsø nommé Ali, qui a utilisé son prénom mais ne veut pas utiliser son nom de famille.

Il dit également qu’il était à l’aéroport, et dit qu’il avait contacté le père par téléphone au plus tard mardi matin.

Ali ne sait pas combien de Soudanais vivent à Tromsø, mais estime qu’ils sont entre 30 et 50 personnes.

– « Il y en a beaucoup ici qui ont connu la famille. Ils ne peuvent rien dire. Il est au fond du cœur. Tout le monde est si triste », dit-il.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui