Étudiants norvégiens de Londres: - Brexit pain - 3

Emma Egedal Nilsen (20 ans) prévoyait de travailler au Royaume-Uni après l’obtention de son diplôme. Ce n’est guère le cas actuellement.

Nilsen est l’un des 4000 Norvégiens qui poursuivent des études supérieures au Royaume-Uni. Bien que la question européenne n’ait pas de conséquences sur ses études de premier cycle au London College of Communication, elle a changé ses projets pour l’avenir.

«Le Brexit me fait mal à l’estomac», a déclaré Nilsen à NTB avant les fatidiques élections législatives de jeudi.

Allez voir les Baleines en Catamaran

«Je suis venu à Londres avec une grande ambition de rester ici. Maintenant, je n’en ai plus envie », ajoute-t-elle.

Découvrez un magnifique Fjord

Premièrement, Nilsen en a assez de l’incertitude qui règne près de quatre ans après que les Britanniques ont voté pour quitter le syndicat. Deuxièmement, elle n’aime pas l’atmosphère «culturelle et philosophique».

«Aucun être humain n’est une île», déclare le mondialiste déclaré.

«Nous sommes la première génération à avoir le privilège de traiter avec le monde entier, puis nous disons« non, nous ne pouvons pas être dérangés »? Je pense que c’est vraiment triste.

Se sentir mal à l’aise
Vendredi, lors du duel du chef du parti avec le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn, le Premier ministre Boris Johnson a répété son slogan familier de faire le Brexit. Des sondages récents suggèrent que lui et les conservateurs remporteront environ 44% des voix, contre 32% pour les travaillistes et 13% pour les libéraux démocrates.

L’ANSA, l’Association des étudiants norvégiens à l’étranger, garantit que les droits des étudiants norvégiens seront sauvegardés, quelle que soit la composition du parlement et la manière dont le processus d’inscription sera. Mais Alexandria Marie Elboe Gogstad (21 ans) – qui étudie l’économie politique au King’s College – ne pense pas non plus que son séjour britannique sera particulièrement long.

«Il y a une part culturelle étonnamment grande de cela qui est désagréable pour un immigrant. Parce que nous sommes des immigrants à Londres », dit-elle à NTB.

Polarisé
«Nous vivons un débat plus polarisé à la fois dans la sphère publique et à l’école. On parle de «nous les Anglais» par opposition à «tout le monde». De plus, j’avais l’intention de travailler ici, mais cela me semble moins attrayant aujourd’hui. Je suis plus tenté de retourner en Norvège.

Cela dit, Gogstad espère que les conservateurs obtiendront la majorité aux élections.

«De cette façon, ils pourront sortir le Royaume-Uni de l’UE en janvier. Alors au moins une grande partie de l’incertitude sera terminée parce qu’ils ont une solution pour quelque chose qui a été démocratiquement déterminé.

Double assuré
Selon la présidente de l’ANSA Hanna Flood, les conséquences pratiques seront différentes selon que cela se produira ou non avec le fameux accord de divorce. Mais de toute façon, il devrait y avoir une pleine opportunité d’éduquer au Royaume-Uni.

«Il existe des systèmes en place pour garantir les droits des étudiants norvégiens dans les deux cas», a déclaré Flood à NTB.

«Et le Fonds de prêt du gouvernement continuera de fournir un soutien aux programmes éducatifs approuvés. Ce qui peut être différent après le Brexit, cependant, concerne les professions qui nécessitent une autorisation spéciale au sein de l’UE et de l’EEE. »

Soyez prêt
Lotte Westfal-Larsen Prytz (19 ans) est arrivée à Londres en octobre pour étudier le droit chez King’s. Contrairement à Nilsen et Gogstad déjà établis, elle savait exactement dans quelle situation politique extrême elle s’engageait.

«J’étais préparé, je me suis glissé dedans et je le prends comme il vient. Ce qui se passe arrive. Je ne pense pas que cela nous affectera autant », dit-elle. Prytz s’inquiète le plus de la faiblesse de Krone.

«C’est ce à quoi la plupart d’entre nous pensent maintenant», dit-elle.

«Mais je voulais étudier à l’étranger et je pensais que l’Angleterre était naturelle. La Norvège ne fait pas partie de l’UE et je pense que le Royaume-Uni trouvera des arrangements similaires. Je choisis de le regarder positivement et je pense que ça ira bien. »

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui