Beaucoup sont payés pour s'occuper de leurs proches malades et mourants - 3

Le nombre de personnes actives recevant de l’argent pour s’occuper de leurs proches qui sont en fin de vie a quadruplé en huit ans. La majorité s’occupe de leurs propres parents, selon de nouvelles statistiques de Nav.

Environ 200 personnes employées par an seulement utilisaient le programme dans les années 2000 et maintenant. il y en a environ 1 000 par an, a également révélé la nouvelle étude.

Ingunn Helde, conseiller principal chez Nav, a déclaré que la plus forte augmentation était survenue lorsque le programme a été prolongé de 20 à 60 jours en 2010 et également après que le programme a été étendu aux personnes extérieures à la famille immédiate en 2013.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La majorité d’environ 60 pour cent reçoivent de l’argent pour s’occuper de leurs propres parents, un peu plus souvent pour la mère que pour le père. Une personne sur cinq s’occupe de son propre conjoint ou partenaire avec qui elle a des enfants, tandis qu’environ 2% s’occupent de ses propres frères et sœurs.

Découvrez un magnifique Fjord

Un peu moins de 1 pour cent reçoivent de l’argent pour s’occuper de leurs propres enfants adultes. Et un peu plus de 1% s’occupent de leurs beaux-parents. Pour le groupe restant d’environ 15 pour cent, il n’y a pas de relation déclarée entre le soignant et le patient, mais cela inclut les partenaires résidants qui ne partagent pas leurs propres enfants.

La plupart des patients bénéficiant de l’allocation de soins ont entre 50 et 69 ans. Le plus petit nombre provient des personnes âgées de plus de 85 ans. Cela est probablement lié au fait que de nombreux membres de ce groupe vivent déjà dans une institution à la fin de leur vie. , indique le rapport.

Peu de prestataires de soins ont de longues périodes de soins. Près de 80% ont passé 10 jours ou moins en 2018, 12% ont passé plus de 20 jours et seulement 2% ont passé toute la période de 60 jours.

La plupart des femmes sont des aidantes
L’étude montre qu’il y a beaucoup plus de femmes que d’hommes qui utilisent le programme. La proportion de femmes parmi les prestataires de soins est d’environ 70%. La plupart sont âgés de 30 à 49 ans, mariés, avec des revenus faibles ou moyens et des emplois dans le secteur de la santé et des services sociaux.

Bien que Hedmark et Oppland aient la population la plus âgée de ce pays, ce sont les comtés occidentaux qui utilisent le plus souvent le programme de soins infirmiers: 36% des patients. Par rapport à la population, le système est utilisé au moins à Oslo, Oppland et Østfold.

Absentéisme élevé pour maladie
De nombreux proches ont leurs propres problèmes de santé avant et après un décès. Les absences pour maladie des prestataires de soins sont très élevées dans la période autour du décès et en particulier dans les tranches d’âge les plus âgées.

«Il est concevable que le taux d’absentéisme élevé parmi les prestataires de soins les plus âgés soit lié au fait qu’en moyenne ils ont une période de prise en charge un peu plus longue que les plus jeunes et qu’ils se trouvent donc dans une situation exigeante depuis plus longtemps», l’étude a rapporté.

Les problèmes de santé courants chez les parents sont les problèmes de sommeil et de concentration ainsi que la dépression et le système immunitaire affaibli.

On ne peut recevoir de l’argent pour les soins que lorsque le patient est soigné à domicile. Dans un rapport de 2017, le Comité palliatif propose que cela soit prolongé afin que l’on puisse recevoir des soins infirmiers en cas d’admissions d’urgence de courte durée dans un établissement. Une telle prolongation entraînera probablement un plus grand nombre de soignants utilisant plus de jours que ce qui est autorisé dans la réglementation actuelle.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui