Le Premier ministre pense que nous nous souviendrons de la célébration de cette année comme d'un joyeux 17 mai - 3

Le Premier ministre Erna Solberg (Høyre) espère que les 17e La célébration de mai restera dans les mémoires comme une exception. Mais elle pense aussi que cela restera dans les mémoires comme une célébration de la joie.

«Aujourd’hui, bien sûr, nous devrions célébrer la Constitution, la nation norvégienne et nos valeurs comme toujours, mais peut-être devrions-nous aussi célébrer le fait que nous avons réussi à combattre le virus ensemble et que nous sommes sur le point de vivre notre vie de tous les jours. de retour », a déclaré le Premier ministre. au NTB.

Elle souligne que les Norvégiens ne doivent pas oublier les conseils de base sur la distance et le contact.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Si vous contournez beaucoup de monde et enfreignez les règles de distance, alors vous pouvez être la petite bombe d’infection qui fait que bon nombre d’entre eux tombent malades ou doivent être mis en quarantaine. Personne ne sait vraiment qui est infecté », déclare Solberg.

Découvrez un magnifique Fjord

Joie et exception
Le Premier ministre a choisi de rester dans la capitale cette année, contribuant au chant national de « Ja, vi elsker dette landet » à 13h depuis le jardin de la résidence du Premier ministre. Elle a fait l’éloge du Corps scolaire d’Uranienborg, qui a fourni la musique.

« Vous sonnez mieux que Haukeland School Corps quand j’y ai joué une fois », a plaisanté Solberg.

Le premier ministre espère que les 17e Mai restera dans les mémoires comme une exception, et qu’à l’avenir nous pourrons célébrer ce jour comme d’habitude. Mais en même temps, elle pense que nous nous en souviendrons avec bonheur.

« Il est difficile de spéculer, mais je pense que cela pourrait être perçu comme une sorte de célébration de la joie, après avoir vécu cet arrêt et cette fermeture que nous avons eu pendant un certain temps », a déclaré Solberg.

Craint que le corps ne soit pas autorisé
Elle pense également que cela peut être un rappel des défis qui peuvent nous empêcher de vivre notre vie normalement. Solberg admet qu’il y avait une crainte au sein du gouvernement que la célébration soit encore plus limitée.

« Il fut un temps où nous ne savions pas si nous serions en mesure d’autoriser suffisamment de personnes pour qu’un corps joue. Mais à la fin du mois d’avril, nous savions que nous aurions la possibilité d’ouvrir un peu plus la société », a déclaré le Premier ministre.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui