Les détenus veulent réduire les peines de prison pour l'isolement du coronavirus - 3
Prison de Halden.Photo : Heiko Junge / Norway.mw

L’isolement résultant de l’épidémie de coronavirus est si stressant pour les détenus de la prison de Bergen qu’ils demandent maintenant une réduction de la durée de leur peine de prison.

«Cela ressemble à une double punition. Nous restons enfermés toute la journée et rien ne se passe. Maintenant, nous sommes assis comme ça depuis plus de deux mois », a déclaré Tor Jone Veastad, qui purge une peine plus longue dans la prison de Bergen, à NRK.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Il a souligné que pour les détenus sous caution et avec droit de visite, chaque jour de garde à vue compte pour un an et demi. La période de garde est alors déduite des peines. Une remise similaire pour deux mois d’isolement du coronavirus peut signifier un mois plus court dans les peines.

Selon Veasstad, les détenus sont enfermés dans les unités de logement, sans possibilité de parler aux autres, de s’entraîner ou de jouer au tennis de table. Les appels téléphoniques et les lettres sont les seuls moyens de contact avec le monde extérieur. Il a en outre affirmé que la passivité et le manque de contacts sociaux causaient de l’irritation et de l’agressivité parmi les détenus.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Il soutient les revendications des représentants syndicaux des détenus de la prison de Bergen. De plus, la description de la réalité est largement partagée par le directeur de la prison Harald Åsaune, qui a souligné que les restrictions sont imposées pour la vie et la santé des détenus.

Cependant, la ministre de la Justice Monica Mæland (H) a rejeté la demande.

« Beaucoup sont durement touchés par cette crise, y compris les détenus des prisons norvégiennes. Mais je ne pense pas qu’il y ait de base pour une réduction de la peine », a-t-elle déclaré à NRK.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui