Nav gère la religion différemment - Norway Today - 5
NAV.Photo : Gorm Kallestad / NTB scanpix

Les chômeurs qui disent non au travail parce que cela est contraire aux croyances religieuses risquent d’être discriminés par Nav, selon une nouvelle étude.

Certains adventistes peuvent avoir des scrupules religieux à travailler le samedi. Certains musulmans peuvent trouver problématique le travail impliquant la vente ou le service de porc et d’alcool, écrit Vårt Land.

Mais ont-ils le droit de dire non au travail rémunéré pour des raisons religieuses et ensuite de recevoir un soutien financier de Nav ? De nouvelles recherches montrent qu’il existe un écart important dans la gestion des réservations religieuses par les employés de Nav.

– «Alors que certains employés de Nav refusaient de verser des allocations de chômage aux chômeurs ayant des réserves religieuses, d’autres acceptaient leur justification. En même temps, les deux ont estimé qu’ils suivaient les directives. Je pense qu’une clarification de la réglementation actuelle est nécessaire », déclare le scientifique religieux Ragnhild Laird Iversen de l’Université de Norvège du Sud-Est (USN) à Vårt Land.

Elle est une ancienne employée de Nav et est à l’origine de l’étude « Religion in Nav », où elle a mené des entretiens approfondis avec sept employés de Nav dans l’est de la Norvège sur la façon dont ils vivent, interprètent et évaluent les réserves religieuses de ceux qui sont au chômage.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui