Le Norvégien fortement touché par le COVID-19 - baisse de 71% des passagers, 8000 employés en congé ou licenciés et 140 avions au sol - 3

Norwegian a annoncé aujourd’hui ses résultats pour le premier semestre de 2020. Les chiffres sont, comme prévu, fortement impactés par la pandémie COVID-19 avec une perte nette de 5,3 milliards de NOK. Au cours du premier semestre 2020, 5,31 millions de clients ont voyagé avec l’entreprise; une diminution de 71 pour cent par rapport à la même période l’an dernier. La Norvège a réussi à convertir sa dette, à accéder à des prêts garantis par l’État de 3 milliards de NOK et à lancer une offre publique, en plus de mettre en œuvre une série de mesures de réduction des coûts. Pourtant, Norwegian fait face à des temps difficiles à venir.

Avant COVID-19, Norwegian avait guidé le marché d’une année 2020 rentable et du meilleur été de tous les temps. Les conseils stricts du gouvernement en matière de voyage et la baisse de la demande des clients qui a suivi a contraint Norwegian à mettre au sol 140 avions et à prendre congé ou à licencier environ 8 000 employés. Au deuxième trimestre, Norwegian n’a exploité que 7-8 avions sur les liaisons intérieures en Norvège. À la suite d’un processus de restructuration réussi, la société a obtenu l’accès à la garantie de prêt du gouvernement norvégien de 3 milliards NOK et à 0,3 milliard NOK supplémentaire des banques commerciales.

«Lorsque nous sommes entrés en 2020, nous nous attendions à un résultat positif et au meilleur été de tous les temps, grâce à des initiatives de réduction des coûts réussies et à une opération plus efficace. Ensuite, nous avons été frappés par COVID-19 et la demande des clients s’est littéralement arrêtée du jour au lendemain, alors que les restrictions de voyage et les conseils de voyage imposés par le gouvernement ont été introduits dans le monde entier. Au cours des derniers mois, nous travaillons sans relâche pour nous assurer que nous pouvons sortir de cette crise en tant qu’entreprise plus forte, bien positionnée pour la concurrence future. Certaines de ces mesures ont été douloureuses, mais absolument nécessaires si nous voulons y arriver. Les créanciers, les obligataires et les actionnaires nous ont montré leur soutien et leur confiance pour trouver une voie à suivre pour l’entreprise et nos clients expriment leur ferme soutien, ce dont je suis reconnaissant. Et non des moindres, je suis extrêmement fier de tous nos Red Nose Warriors qui entretiennent un esprit positif », a déclaré le PDG Jacob Schram.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Au cours des six premiers mois de 2020, 5,3 millions de clients ont voyagé avec Norwegian, contre 18,1 millions au cours de la même période l’année précédente. La production (ASK) a diminué de 69% et le trafic passagers (RPK) de 72%. Le coefficient d’occupation était de 78,2%, soit une baisse de 6,5 points de pourcentage par rapport au premier semestre 2019. Le coefficient d’occupation et la production sont tous deux ajustés en fonction du blocage obligatoire par le gouvernement des sièges intermédiaires sur les liaisons intérieures en Norvège au deuxième trimestre de 2020.

Découvrez un magnifique Fjord

La ponctualité était de 87,2%, soit une amélioration de 7,3 points de pourcentage par rapport au premier semestre 2019.

Une mauvaise visibilité crée de l’incertitude à venir

Le 1er juillet, Norwegian a rouvert 76 routes, a mis en service 15 appareils supplémentaires et a ramené plus de 600 employés au travail. Le marché est encore très incertain, principalement en raison de l’évolution des conseils de voyage des gouvernements à travers l’Europe. À mesure que le gouvernement modifie ses conseils aux voyageurs, la demande est immédiatement affectée. À l’avenir, la société continuera d’ajuster son portefeuille d’itinéraires en fonction de la demande et des conseils de voyage du gouvernement.

«La crise du COVID-19 a eu un impact particulièrement dur sur l’aviation et l’industrie du voyage, et la plupart des entreprises ont besoin du soutien du gouvernement pour survivre. Nous constatons que bon nombre de nos principaux concurrents reçoivent un soutien financier considérable de la part de leurs gouvernements, car l’aviation représente l’épine dorsale de l’infrastructure. Nous sommes reconnaissants de la garantie de prêt mise à notre disposition par le gouvernement norvégien que nous avons travaillé dur pour obtenir. Cependant, étant donné les conditions actuelles du marché, il ne suffit pas de traverser cette crise prolongée ». Dit Schram.