Le gouvernement norvégien va abandonner l'application de contrôle des infections et essayer une nouvelle solution - 3

Le gouvernement norvégien interrompt le projet de son application de contrôle des infections au coronavirus Smittestopp.

Au lieu de cela, il développera une nouvelle solution basée sur le framework d’Apple et de Google.

« La Norvège a tenté sa chance et a essayé d’établir une application d’infection tôt.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Malheureusement, nous n’y sommes pas parvenus. Nous avons appris de cela. Et maintenant, nous allons passer à autre chose », a déclaré le ministre de la Santé Bent Høie (H) lors de la conférence de presse corona de lundi.

Découvrez un magnifique Fjord

Une nouvelle application

L’Institut norvégien de santé publique (FHI) a conseillé au gouvernement d’abandonner l’application de contrôle des infections et de se concentrer plutôt sur les solutions de Google et d’Apple.

« Nous avons besoin d’encore plus de mesures pour arrêter la propagation du coronavirus. Par conséquent, le gouvernement a décidé de créer une nouvelle application basée sur le cadre international de Google et Apple.

Cette application est uniquement destinée au suivi des infections. Il ne stocke pas les données de manière centralisée et est donc moins intrusif en matière de confidentialité que Smittestopp ne l’était, a expliqué Høie.

Prêt avant le Nouvel An ?

Le développement de la nouvelle application de contrôle des infections fera désormais l’objet d’un appel d’offres.

Le FHI estime qu’il faudra huit semaines pour le développer.

« L’objectif est que l’application soit prête d’ici la fin de l’année, mais nous utiliserons le temps nécessaire pour assurer une bonne sécurité des informations et une bonne protection de la vie privée », a déclaré Høie.

L’objectif des autorités était que 60% de la population utilise l’ancienne application.

Début juin, 1,57 million de Norvégiens l’avaient téléchargée, mais seulement 15 % environ de la population de plus de 15 ans en étaient des utilisateurs actifs.

Le coût de développement de l’application Smittestopp s’élevait à 40 millions de NOK, a révélé le FHI lors de la conférence de presse de lundi.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui