Wizz Air rejette les critiques de la Norvège et dit qu'elles n'interdisent pas aux travailleurs de s'organiser - 3

Dans un e-mail du directeur des ressources humaines de Wizz Air, Johan Eidhagen, au journal Dagens Næringsliv (DN), la compagnie souligne que la compagnie aérienne n’interdit pas à ses employés de s’organiser.

Cependant, Wizz Air note que l’entreprise a une approche différente pour écouter les opinions des employés.

« Wizz Air prône une culture ouverte, où nous encourageons les employés à s’exprimer et à faire part à la direction de leurs opinions et points de vue », a écrit Eidhagen dans l’e-mail à DN.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Il a noté que l’entreprise a, entre autres, mis en place un « conseil populaire », où les représentants des salariés partagent régulièrement leurs points de vue avec la direction.

Découvrez les Aurores Boréales

Il a en outre souligné que l’entreprise accorde à tous ses employés des contrats conformes aux lois du travail locales.

Le Premier ministre Solberg soutient le boycott de Wizz Air

Plus tôt mercredi, le Premier ministre Erna Solberg (H) a clairement indiqué que Wizz Air ne peut pas refuser aux employés le droit de s’organiser.

De plus, elle a ouvertement soutenu le boycott de l’entreprise.

« Je ne volerai pas avec une entreprise qui refuse aux travailleurs (le droit) de s’organiser », a déclaré Solberg mercredi.

« De la même manière que je n’ai jamais volé avec Ryanair. Car il y a dix ans, j’ai dit qu’il était inacceptable pour moi de voyager avec des compagnies aériennes qui n’ont pas des conditions de travail correctes et soignées pour leurs employés », a-t-elle poursuivi.

Solberg a clairement indiqué que Wizz Air ne peut pas refuser aux employés le droit de s’organiser conformément à la loi norvégienne.

LO boycotte

Le syndicat de la Confédération norvégienne des syndicats (LO) Industri Energi est à l’origine de l’appel au boycott de la compagnie low-cost hongroise.

« Lorsque Wizz Air claque la porte au mouvement syndical et à une vie professionnelle organisée décente, nous leur claquerons la porte », a déclaré le leader syndical Frode Alfheim au journal VG ce week-end.

La toile de fond est une déclaration du PDG de Wizz Air, József Váradi, selon laquelle Wizz Air « est une compagnie aérienne sans syndicats ».

La déclaration a été faite lorsque la compagnie a présenté ses plans pour de nouvelles liaisons intérieures en Norvège.

Ce sont des déclarations scandaleuses, a déclaré mercredi le chef du Parti travailliste (AP), Jonas Gahr Støre.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui