Les chrétiens-démocrates norvégiens veulent une nouvelle loi qui définirait le sexe sans consentement comme un viol - 3
Photo: Håkon Mosvold Larsen / NTB

Le comité de programme du Parti démocrate-chrétien de Norvège souhaite introduire une loi sur le consentement.

«Pouvoir dire que les relations sexuelles sans consentement sont un viol ajoutera à la prévention et renforcera la sécurité juridique des victimes de viol. Nous ne pouvons pas dire cela aujourd’hui selon la loi norvégienne », a déclaré Edel-Marie Haukeland, leader des Jeunes Chrétiens Démocrates (KrFU), à TV 2.

Dans la loi actuelle, le viol est défini comme avoir des relations sexuelles avec quelqu’un par le biais de la violence ou des menaces, ou avec quelqu’un qui est inconscient ou pour d’autres raisons incapable de résister.

«C’est un problème de santé publique. Mais aujourd’hui, un manque de consentement en soi ne suffit pas pour enquêter ou condamner quelqu’un pour viol », a déclaré le chef du KrFU, qui siège au comité de programme du parti.

Définition juridique

Le comité est également favorable à l’introduction par la Norvège d’une disposition légale qui clarifie le viol comme un rapport sexuel sans consentement.

Peter Frølich, du Parti conservateur, fait partie de ceux qui croient qu’une loi sur le consentement serait au mieux symbolique et déroutante.

«Cette proposition semble logique au premier abord, mais elle est en réalité erronée et dangereuse… Cela créerait une incertitude quant à l’établissement de la limite du viol. Il y a un risque soit de punir des innocents, soit d’annuler la loi en raison de l’ambiguïté », a-t-il prévenu.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui