Mustafa Hasan, 18 ans, poursuit la Commission norvégienne de recours en matière d'immigration - 3

Le cabinet d’avocats Fend a intenté une action en justice contre la Commission norvégienne de recours en matière d’immigration (UNE – Utlendingsnemnda) au nom de Mustafa Hasan. Ils demandent l’annulation de la décision d’expulsion à son encontre.

La différence de traitement entre Mustafa et son frère aîné d’un an, Abdel, est à l’origine du procès, a déclaré l’avocat des frères, Nicolai Skjerdal, au bureau de presse NTB.

«C’est incompréhensible et déraisonnable», a-t-il déclaré.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Différents intervenants

Les frères sont venus de Jordanie en Norvège en 2008 avec leur mère et deux autres frères et ont reçu un permis de séjour temporaire.

Cependant, après quatre ans, le permis a été retiré parce que leur mère, d’origine palestinienne mais mariée en Jordanie, avait déclaré qu’elle venait de Palestine.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

La mère et ses deux frères aînés ont été expulsés du pays.

Le 20 mars 2019, la demande de résidence de Mustafa à la Direction norvégienne de l’immigration (UDI) a été rejetée.

En janvier de l’année suivante, Abdel a obtenu la résidence.

Les deux avaient des agents différents, a déclaré Skjerdal.

Mustafa Hasan a fait appel du refus auprès de la Commission de recours en matière d’immigration (UNE), qui a confirmé la décision.

Dans le procès, Mustafa et Fend demandent maintenant que le tribunal de district d’Oslo déclare la décision de l’UNE invalide.

Connexion à la Norvège

«Le lien d’Abdel avec la Norvège a été déterminant pour la décision de lui accorder la résidence. Cela rend le tout encore plus incompréhensible.

«UNE… déclare que les cas ne sont pas identiques, et ils le sont. C’est très insatisfaisant et impossible à comprendre. Les deux frères sont ici depuis le même temps », a déclaré Skjerdal.

Délai prolongé

Mustafa, qui en est à sa dernière année de lycée, avait en fait une date limite pour quitter la Norvège le 28 décembre, mais la semaine dernière, la date limite a été prolongée au 18 janvier.

Skjerdal demande maintenant au tribunal de district d’Oslo de lui donner le droit de rester dans le pays tant que le procès est en cours.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui