L'Institut géotechnique a mis en garde contre le risque de glissements de terrain dans la région de Gjerdrum en 2003. Quelqu'un a-t-il écouté? - 3

Avant le développement de la construction à Nystulia à Gjerdrum, l’Institut géotechnique norvégien (NGI) a averti que des vies pourraient être perdues dans des glissements de terrain si la zone était développée sans mesures pour limiter le risque.

«Des glissements de terrain plus importants pourraient causer la mort de 10 à 50 personnes. Les dommages matériels pourraient s’élever à 20 à 100 millions de NOK », a averti le rapport de NGI de 2003 sur cette zone de glissement de terrain spécifique, selon le journal VG.

Le rapport a été rédigé par l’IGN avant que la zone de Nystulia à Gjerdrum, qui a été frappée par un grand glissement de terrain rapide d’argile le 30 décembre, ne soit développée.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Maintenant, des questions sont soulevées quant à savoir si le promoteur et la municipalité de Gjerdrum savaient que la zone était marquée «rouge» en ce qui concerne le danger de glissements de terrain possibles et s’ils ont agi pour atténuer le risque s’ils le faisaient.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Mesures de protection contre les avalanches recommandées

En 2005, l’Institut a donné suite à des recommandations spécifiques de mesures visant à réduire le risque.

Dans un communiqué de presse du 1er janvier de cette année, l’IGN a écrit que les mesures de sécurité, pour autant qu’elles le sachent, ont été appliquées.

Ces mesures étaient des trois types suivants:

* Relief / excavation de terrains plus élevés pour réduire la charge

* Remblaiement du terrain plus bas et de la vallée du ravin pour servir de remblai ou de contrepoids à un éventuel glissement de terrain

* Protection contre l’érosion de Fjellstadbekken / Tistilbekken

«En supposant que les mesures de sécurité ont été mises en œuvre, la stabilité dans la région s’est améliorée. Les cartes des zones de danger qui ont été faites après le développement montrent que le risque de glissements de terrain dans cette zone a été décrit comme faible », a déclaré le PDG Lars Andresen de l’IGN.

Travailler sur une vue d’ensemble de la documentation

VG a demandé à NGI de préciser si les conseils avaient été suivis, mais le ministère n’a pas voulu répondre.

«Nous ne voulons pas contribuer à spéculer sur la cause du glissement de terrain, nous nous concentrons sur la phase aiguë», a écrit Øydis Ulrikke Castberg, responsable de la communication de NGI, dans un e-mail à VG.

Dans un communiqué de presse mardi matin, l’IGN a déclaré qu’elle travaillait actuellement à obtenir un aperçu de la documentation autour de la zone de glissement de terrain.

«Nous comprenons parfaitement le fait que les médias se penchent sur les questions de construction à Gjerdum et examinent également notre rôle», a déclaré Lars Andresen.

Le NGI a écrit qu’ils passeront maintenant par les archives de cas physiques, la correspondance avec le promoteur et la municipalité, et d’autres documents.

«C’est un travail considérable. Le cas de la construction remonte à 2003. Depuis lors, il y a eu un développement de réglementations et de pratiques liées à la conception, à l’exécution et au contrôle. »

Astrup doit répondre

Mardi, le représentant parlementaire du Parti de la gauche socialiste (SV), Lars Haltbrekken, a envoyé une question écrite demandant au ministre du gouvernement local et de la modernisation Nikolai Astrup (H) de répondre si les mesures de sécurité avaient été mises en œuvre conformément aux recommandations de l’ONG.

Astrup doit répondre à la question dans les six jours ouvrables.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui