42% des passagers atterrissant à Gardermoen lundi ne se sont pas testés. Le système norvégien fondé sur la confiance fonctionne-t-il? - 3

Lundi, le journal VG a écrit que 42% de tous les passagers qui ont atterri à Gardermoen depuis l’étranger ne se sont pas testés à la frontière.

Désormais, le ministre de la Santé Bent Høie souhaite que les municipalités effectuent des contrôles aléatoires pour vérifier si les voyageurs en Norvège ont effectivement passé un test corona dans les 24 heures après leur arrivée, comme ils sont tenus de le faire.

«La sanction pour violation des règlements peut aller jusqu’à 20 000 NOK d’amendes», a déclaré Bent Høie (H) à VG.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

À partir du samedi 2 janvier, il est devenu obligatoire de passer un test corona si vous venez en Norvège de l’étranger.

Découvrez un magnifique Fjord

Le test doit avoir lieu à la frontière ou dans la commune où vous arrivez dans les 24 heures.

Mais le système est basé sur la confiance, et lundi, VG a rapporté que 42% de ceux qui ont atterri à Gardermoen depuis l’étranger ne se sont pas testés à la frontière.

Pas de vue d’ensemble

Les communes n’ont pas une vue d’ensemble des personnes qui se sont testées à leur arrivée. Le registre d’entrée n’est pas lié au MSIS, le système de notification des maladies infectieuses de l’Institut national de la santé publique (FHI).

«Il est important de mettre en place rapidement de bons systèmes. Nous recherchons différentes solutions », a déclaré Høie à VG.

Il a souligné que les communes ont accès au MSIS et au registre d’entrée.

«Je sais que cela demande beaucoup de travail, mais c’est un très bon investissement pour effectuer des contrôles aléatoires dans les deux systèmes et faire en sorte que ceux qui ne se testent pas dans les 24 heures se voient infliger une amende», a-t-il ajouté.

Høie a également noté que les municipalités avaient reçu 300 millions de NOK de l’État pour mener des activités de contrôle.