La Norvège a enregistré 621 cas d'infection importée à ce jour en janvier - presque deux fois plus qu'en décembre - 3

Au moins 621 personnes ont amené le coronavirus de l’étranger en Norvège en janvier, soit environ deux fois plus que pendant tout le mois de décembre. À Oslo, les chiffres sont encore plus élevés.

«Il y a eu une augmentation significative de l’infection importée juste après Noël», a déclaré Frode Forland de l’Institut national de la santé publique (FHI) au bureau de presse NTB.

Les chiffres du registre national des infections MSIS montrent que 6,7% des nouveaux cas d’infection après le Nouvel An peuvent être attribués à des personnes venant de l’étranger en Norvège.

C’est presque trois fois plus qu’en décembre, où 2,3% des cas provenaient de l’étranger. Au total, 315 cas de cas d’infection importés ont été enregistrés en décembre.

Il existe encore une grande proportion de cas d’infection d’origine inconnue. Mais sur les 3 621 cas en janvier pour lesquels l’origine de l’infection est connue, environ 17% ont été retrouvés à l’étranger.

Augmentation à Oslo

Les chiffres de la municipalité d’Oslo montrent le même développement dans les cas d’infection importés.

Un total de 242 personnes ont été enregistrées qui ont apporté une infection de l’étranger à Oslo au cours des deux premières semaines de l’année, soit plus du quadruplement par rapport aux 56 cas les deux semaines précédentes.

«Ce sont pour la plupart des travailleurs migrants de Lituanie, de Lettonie, de Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. Certains sont des étudiants de l’étranger ou des Norvégiens revenant de vacances de Noël à l’étranger », a déclaré Forland.

Nouveau régime de test

À partir du 2 janvier, le gouvernement norvégien a introduit des tests obligatoires pour les voyageurs arrivant en Norvège en provenance de pays «rouges». Cela conduira probablement à la découverte de plus de cas, a noté Forland.

«Il est très important que nous attrapions l’infection importée (les cas), notamment parce que nous sommes préoccupés par les mutations qui ont été découvertes en Angleterre et en Afrique du Sud», a-t-il ajouté.

Au départ, la règle sur les tests obligatoires était que les voyageurs devaient se tester pendant les premières 24 heures en Norvège.

Mais après que beaucoup ont choisi d’éviter les tests, en particulier à l’aéroport de Gardermoen, le gouvernement a resserré les mesures et, à partir de lundi, des tests auront lieu au poste frontière.

Mardi, l’opposition au parlement norvégien (Storting) a demandé au gouvernement de resserrer davantage le régime de test et les contrôles.

334 cas détectés dans les aéroports

Des chiffres récents que NTB a reçus de la Direction norvégienne de la santé montrent que 7 890 voyageurs étrangers ont quitté les aéroports norvégiens sans être testés dans la période suivant l’introduction de l’exigence de test le 2 janvier et jusqu’au 17 janvier.

C’est surtout à Gardermoen que les gens ont décidé de ne pas passer le test COVID-19 – l’aéroport représente 95% de ces cas.

Au total, 334 personnes ont été testées positives au COVID-19 dans les aéroports norvégiens entre le 2 et le 17 janvier.

«Un régime assez strict»

Forland espère que le système actuel fonctionnera suffisamment bien pour détecter les cas d’infection et empêcher l’infection de se propager davantage dans la société.

«C’est un régime assez strict. Même si nous obtenons de nombreux échantillons positifs, ces arrivées sont mises en quarantaine. Jusqu’à présent, l’infection importée n’a pas entraîné d’épidémies majeures à notre connaissance. »

Et même si la proportion de cas d’infection importés augmente, elle est encore inférieure à celle de juillet et août où respectivement 27% et 19% des infections en Norvège provenaient de l’étranger.

Il y a aussi de nombreuses indications que le système de test a, jusqu’à présent, réussi à empêcher les nouvelles mutations virales de se propager davantage en Norvège.

Un total de 33 cas de mutation du virus anglais et un cas de virus sud-africain ont été enregistrés, selon la FHI.

«Tous les cas que nous avons enregistrés peuvent être liés à des voyageurs du Royaume-Uni… Il s’agit de cas individuels et non d’épidémies qui se sont encore propagées jusqu’à présent», a conclu Forland.