Experts internationaux: aucun décès n'a été directement lié au vaccin contre le coronavirus - 3

Le vaccin Corona n’a pas en soi causé de décès en Europe, même si un certain nombre de décès ont été enregistrés parmi ceux qui ont reçu le vaccin, selon les experts.

La grande majorité de ceux qui sont décédés après avoir reçu le vaccin corona étaient des personnes âgées et fragiles.

La semaine dernière, une alarme internationale a été déclenchée après que 23 personnes étaient décédées après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech en Norvège.

Plus tard, le nombre de décès parmi les personnes vaccinées a augmenté, mais l’Agence norvégienne des médicaments a conclu que ce n’est pas le vaccin lui-même qui était mortel.

«Les rapports peuvent indiquer que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, peuvent avoir entraîné la mort de certains patients fragiles», a déclaré la semaine dernière Sigurd Hortemo de l’Agence norvégienne des médicaments.

«Si vous êtes très fragile, vous ne devriez probablement pas être vacciné», a ajouté Steinar Madsen de l’Agence.

Peur

Les signes de la Norvège ont néanmoins créé la peur au niveau international. Dans de nombreux pays, les autorités sanitaires sont intervenues et ont assuré aux gens qu’aucun lien de causalité clair n’avait été établi entre le vaccin COVID-19 et les décès.

Sur plus de 800 000 personnes vaccinées en France, neuf décès ont été enregistrés avant le week-end parmi des malades chroniques en maison de repos et de soins infirmiers.

«Rien ne permet de conclure que les décès rapportés étaient liés à la vaccination», a déclaré l’Agence française du médicament ANSM.

En Suède, 13 décès ont été signalés parmi les personnes vaccinées, tandis que l’Islande en a signalé sept. Aucun lien de causalité direct n’y a été établi non plus.

Au Portugal, un agent de santé est décédé deux jours après avoir reçu le vaccin. Cependant, selon le ministère de la Justice du pays, l’autopsie a montré que ce n’était pas le vaccin qui avait causé la mort.

Aucune préoccupation particulière

La France suit de près les développements dans d’autres pays et le ministère de l’Intérieur du pays a enregistré il y a une semaine 71 décès parmi les personnes vaccinées.

Dans le même temps, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu qu’il n’y avait pas de «préoccupation spécifique» concernant les effets secondaires associés au vaccin Pfizer-BioNTech.

Le nombre de décès parmi ceux qui ont reçu le vaccin n’est jusqu’à présent pas considéré comme anormalement élevé, et aucun lien direct entre le vaccin et les décès n’a été prouvé, selon leur conclusion.

Les décès s’expliquent en grande partie par le fait que la plupart des pays européens, comme la Norvège, ont placé les résidents âgés et fragiles des maisons de retraite en premier dans la file d’attente pour les vaccins.

«Il n’est pas surprenant que certaines de ces personnes tombent malades à la suite de la vieillesse ou d’affections sous-jacentes peu de temps après avoir reçu le vaccin, sans que le vaccin lui-même ne joue un rôle», conclut la British Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA).

Problème sensible

Les décès parmi les personnes vaccinées sont une question sensible, et ils sont traités très différemment d’un pays à l’autre.

La Norvège et les autres pays nordiques, comme la France, ont «joué à cartes ouvertes», en indiquant combien de décès ont été enregistrés et quels effets secondaires possibles du vaccin.

La MHRA a retenu ces informations, sans doute pour ne pas semer la peur et accroître la résistance aux vaccins, mais elle promet maintenant de fournir de telles informations.

«Nous publierons régulièrement toutes les réactions suspectes signalées en relation avec les vaccins COVID-19, ainsi que notre évaluation de ces données», déclare la MHRA.

Nécessaire pour évaluer l’état de santé des patients fragiles

Ni les autorités sanitaires britanniques ni d’autres pays européens n’ont jusqu’à présent modifié leurs programmes de vaccination ou n’ont émis de doutes quant à l’innocuité du vaccin corona.

En Norvège, il y a eu un appel général aux médecins pour qu’ils évaluent soigneusement l’état de santé des patients très fragiles avant qu’ils ne soient vaccinés.

Un certain nombre d’autres pays suivent la même pratique, parmi lesquels l’Irlande, où le service de santé (HSE) s’est référé dimanche à la Norvège et a encouragé les médecins irlandais à faire de même.

«Les gens ne devraient pas être vaccinés si leur espérance de vie est inférieure au temps nécessaire pour que le vaccin devienne efficace», a déclaré le HSE dans une lettre aux médecins.

Selon un aperçu de l’AFP, plus de 60 millions de doses du vaccin corona ont été administrées dans 64 pays au cours du week-end.

En Norvège, près de 72 000 personnes ont reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech, tandis qu’un peu moins de 2 000 ont reçu la deuxième dose.