Les éleveurs danois recevront des milliards de couronnes en compensation après le massacre de visons - 3

Les éleveurs de visons danois recevront jusqu’à 19 milliards de DKK d’indemnisation après que des millions de visons auront été tués dans la lutte contre le coronavirus.

Le montant correspond à plus de 26 milliards NOK. Les négociations sur l’accord se poursuivent au parlement danois (Folketing) depuis plusieurs mois.

Cependant, avant que la compensation puisse être versée, l’Union européenne (UE) doit approuver le régime.

Environ 17 millions de visons ont été tués par crainte que la variante de coronavirus muté ne se propage parmi les humains.

Il n’était pas certain que les vaccins développés seraient efficaces contre le variant muté.

Le Danemark compte environ 1 000 éleveurs de visons. Tous ont perdu leur gagne-pain lorsque le gouvernement a décidé que tous les visons du pays devaient être tués.

Désormais, tous les éleveurs de visons peuvent demander une compensation. Pourtant, comme on ne sait pas encore combien chaque individu recevra, le gouvernement a calculé que l’accord coûtera aux contribuables danois entre 15,6 et 18,8 milliards de NOK.

Nouvelles fermes de visons

L’accord contient également un programme qui permettra aux éleveurs de visons qui souhaitent démarrer une nouvelle ferme de visons une fois la pandémie corona terminée.

La fermeture des fermes de visons du Danemark a également entraîné la perte d’une industrie d’exportation avec un chiffre d’affaires de près de 5 milliards de couronnes danoises.

Les visons ont été déposés dans des fosses communes, ce qui risquait de contaminer les eaux souterraines dans certaines régions du Jutland.

En novembre de l’année dernière, le gouvernement danois a ordonné que tous les visons du Danemark soient tués.

Cependant, il s’est avéré qu’il n’y avait pas de base légale pour l’ordonnance, ce qui a conduit à des critiques à l’encontre du Premier ministre Mette Frederiksen.

Le scandale a pris fin avec la démission du ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, Mogens Jensen.