Jusqu'à 95% de l'aide norvégienne aux handicapés au Malawi a été utilisée à mauvais escient, selon une enquête - 3

Selon une enquête, un total de 95% de l’aide norvégienne à un projet qui améliorerait la situation des personnes handicapées au Malawi aurait été détourné.

L’Agence norvégienne de coopération au développement (Norad) estime qu’il y a lieu de se demander si le projet d’aide au développement sous les auspices de l’Atlas Alliance a donné des résultats, écrit Bistandsaktuelt.

L’Alliance Atlas est une organisation faîtière qui coordonne le travail d’assistance des organisations norvégiennes qui travaillent pour les personnes handicapées et leurs droits.

Au printemps 2019, des soupçons sont apparus à propos des projets de l’Alliance Atlas au Malawi.

L’enquête a révélé des violations de contrat évaluées à plus de 1 million de NOK au sein de l’ancienne organisation partenaire malawienne de l’Alliance Atlas, Fedoma.

Agi après avoir reçu des pourboires

Les enquêteurs ont également reçu des informations selon lesquelles il y avait une «grave utilisation abusive de l’argent» à Podcam, une autre organisation malawienne avec laquelle l’Alliance Atlas a collaboré. Podcam a reçu 17 millions de NOK de Norvège depuis 2003.

Lorsque les problèmes ont été examinés, il s’est avéré que l’organisation manquait complètement d’une vue d’ensemble et d’un contrôle interne des fonds, selon l’enquête.

Des retraits d’espèces non documentés ont été trouvés, les fournisseurs n’ont pas pu être retrouvés, les factures et les relevés bancaires se sont avérés falsifiés et les employés ont travaillé activement pour empêcher les auditeurs d’accéder à la documentation.

Abuser

L’enquête n’a couvert que la période de 2017 à 2019, lorsque 895000 NOK ont été transférés à Podcam. Selon les enquêteurs, 95% de ces fonds auraient pu être mal utilisés – en raison du manque de documentation.

L’Alliance Atlas a rompu sa coopération avec Podcam et a remboursé la somme au Trésor norvégien l’année dernière. Norad pense que l’organisation aurait dû détecter les abus beaucoup plus tôt.

Le conseiller de programme Anders Strømsodd Hosar de l’Alliance Atlas est d’accord. Il le décrit comme un cas grave et dit qu’ils ont dépensé beaucoup de ressources pour aller au fond des choses.

«Nous avons beaucoup appris de cette affaire et nous avons mis en œuvre un certain nombre de mesures pour renforcer notre contrôle interne», a-t-il déclaré à Bistandsaktuelt.