Photo: Heiko Junge / NTB

Selon l’Institut national de la santé publique (FHI), la variante britannique du coronavirus représentait 59,8% des échantillons analysés en février.

Le nombre comprend à la fois les cas confirmés par séquençage et les cas probables détectés par PCR, a indiqué le FHI dans son rapport hebdomadaire.

Au cours des deux dernières semaines, 320 cas d’infection du variant du virus britannique ont été détectés par séquençage et 1 217 avec un variant du virus britannique probable par PCR.

La plupart des infections sont associées à des épidémies à Oslo, Viken, Vestfold et Telemark, Rogaland, Vestland, Trøndelag et Nordland.

Les flambées de nouveaux variants de virus ont été largement maîtrisées grâce à l’amélioration du TISK (test-isolement-suivi des infections-quarantaine), a souligné la FHI.