Sondages choquants: le bilan de la Norvège en matière d'agression sexuelle et de harcèlement sexuel dans les rangs - 5

Les derniers mois ont vu un bilan des agressions et du harcèlement sexuels au sein de certains services en uniforme norvégiens. La police et les forces armées ont été au centre d’enquêtes et d’enquêtes menées auprès de leurs propres employés, ce qui met en évidence le manque de professionnalisme, les dangers et les préjudices qui sévissent à l’intérieur. Avec une réputation mondiale pour l’égalité des sexes et une forte présence des femmes au pouvoir dans toute la société norvégienne, comment est-il possible que tant de personnes qui nous protègent puissent être autorisées à être violées de manière aussi odieuse?

Culture de «fête» dans l’académie de police

À la fin de 2020, le public norvégien a appris certains des comportements scandaleux qui régnaient dans la police. En octobre 2020, l’inspecteur en chef de la police d’Oslo, John Fredriksen, a pris la tête des médias pour admettre que les chercheurs, menant une étude, s’inquiétaient d’une culture sexuelle négative au sein de la police.

Coïncidant avec la publication de l’étude, une ancienne policière, Tania Randby Garthus, a parlé ouvertement aux médias de ses expériences de harcèlement sexuel. Cela a conduit à la réalisation d’enquêtes internes et externes qui ont montré qu’environ 904 employés avaient été victimes d’agression sexuelle en 2020 seulement.

L’étude, menée par les chercheurs Dag Ellingsen et Ulla-Britt Lilleaas, portait sur le genre et la diversité dans les organisations de sécurité. Cependant, c’est au cours de leurs recherches qu’ils ont découvert une culture toxique à l’Académie de police. Une mentalité de «Boys Only Club», associée à divers exemples d’abus de pouvoir et de position, a conduit à une culture de masculinité toxique.

Cette culture toxique peut être mieux représentée par le soi-disant «jeudi de baise», lorsque les instructeurs étaient encouragés à coucher avec des étudiantes. De plus, une atmosphère générale de «fête» imprégnait l’Académie. S’adressant à PolitiForum, en octobre dernier, le commissaire de la police nationale Benedicte Bjørnland a noté qu’une forte culture de l’alcoolisme et «… des abus de position pour commettre des actes sexuels en échange de gardes favorables ou de bonnes références» étaient présents.

Enquête sur les forces armées: 46% des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel

Cette semaine a également vu la publication d’une enquête menée par l’Institut de recherche des forces armées (Forsvarets Forskningsinstitutt, FFI). Quelque 10 000 personnes ont participé à l’enquête qui a eu des résultats effrayants. Le plus choquant est peut-être que 46% des femmes interrogées ont subi, au moins une ou deux fois au cours de l’année écoulée, une forme ou une autre de harcèlement sexuel.

Les Forces armées mènent cette enquête tous les deux ans. Le chef de la défense, Eirik Kristoffersen, a cependant tenté de donner une tournure légèrement positive à cette enquête en cours en s’adressant à TV2. Il y a eu une légère diminution du nombre de brimades et de toutes les formes de harcèlement et d’agression sexuels par rapport à l’enquête précédente.

Cependant, l’enquête de 2018 a été un signal d’alarme majeur pour les forces armées, car elle a, entre autres, mis en évidence que quelque 160 personnes avaient subi un viol ou une tentative de viol au cours de cette année.

Le problème est cependant que ces formes de harcèlement et d’agression visent presque toujours les jeunes recrues. Si l’âge est pris en compte, le nombre de femmes de moins de 30 ans qui subissent une forme quelconque de harcèlement ou d’agression sexuelle, selon l’enquête, s’élève à 63%.

Photo: Ole-Sverre Haugli / Hæren / Forsvarets mediesenter / NTB

Initiatives gouvernementales antérieures pour créer une société égalitaire entre les sexes

Ce qui est le plus frappant dans ces découvertes récentes, c’est qu’elles pourraient se produire en Norvège. Le pays où il y a cette discussion en cours sur le harcèlement et les abus sexuels, l’intimidation et la masculinité toxique qui envahissent de larges pans de la société est le même pays qui a une femme Premier ministre, ministre de la Justice, ministre des Affaires étrangères, commissaire de la police nationale et l’une des la police et les forces armées les plus intégrées (genre) au monde.

Les femmes fortes occupant des positions de pouvoir sont considérées à juste titre comme si évidentes et ordinaires qu’elles sont presque inconscientes de la société en général.

C’est un pays qui est souvent en tête (ou presque en tête) de la liste pour l’égalité des sexes, la parité de rémunération entre les sexes, la composition sexospécifique des parlements, des gouvernements et des conseils d’administration des grandes entreprises.

En outre, le gouvernement lui-même a fait une pierre angulaire de la politique étrangère norvégienne, depuis 2015, l’égalité des sexes et les droits des femmes.

La Norvège a joué un rôle de longue date dans la transformation progressive en une société de l’égalité des sexes. Les gouvernements successifs, depuis au moins les années 80, se sont efforcés de faire de la Norvège une société non discriminatoire.

Depuis 2002, la loi sur l’égalité des sexes et la discrimination (Likestillings- og discrimineringsloven) s’applique aux secteurs public et privé.

Son organe d’application est le médiateur pour l’égalité et la lutte contre la discrimination, qui promeut l’égalité des sexes et prévient la discrimination par le biais de rapports, de recherche et d’éducation.

Des recrues féminines en plein essor, une formation sur l’égalité des sexes et une unité commando entièrement féminine

C’est cette histoire de réformes, d’initiatives et de forte présence féminine au pouvoir politique qui a fait de la police et des forces armées l’une des plus équilibrées, intégrées et égales entre les sexes au monde.

Les forces armées (en particulier l’armée) ont une longue histoire de présence féminine. Les femmes peuvent y adhérer depuis 1985, tandis qu’en 2015, le service national a été rendu obligatoire pour les hommes et les femmes.

Les femmes occupent des positions de pouvoir de premier plan à tous les échelons des forces armées. Cette forte présence féminine a également conduit à une première mondiale: une unité spéciale de commandos entièrement féminine, Jegertroppen (Les troupes de chasseurs).

La police, comme les forces armées, a une longue et fière tradition d’égalité des sexes. Le commissaire de la police nationale, Benedicte Bjørnland, et la directrice de l’école de police, Nina Skarpenes, sont des femmes.

L’adoption de la loi sur l’égalité des sexes a eu pour effet de cibler
institutions, comme la police, qui étaient traditionnellement considérées comme des bastions de la masculinité. Les dernières années ont conduit à un boom des recrues féminines. L’année dernière, la directrice Nina Skarpenes a fièrement annoncé à NRK que 51% des apports pour cette année étaient des femmes.

Abus sexuels au Parlement sami de #Metoo Tysfjord
#Moi aussi. Photo: Pixabay.com

Les cultures toxiques à l’ère de #MeToo

Pourtant, il n’en demeure pas moins que ces enquêtes ont montré à quel point le harcèlement et les agressions sexuelles sont monnaie courante et endémique pour de nombreuses recrues féminines dans les services en uniforme norvégiens.

Compte tenu de l’histoire et des initiatives soutenues par le gouvernement visant à faire de l’égalité des sexes la norme, le fait que de telles agressions et harcèlement fassent partie de la vie quotidienne de certains services en uniforme est choquant.

Les forces armées et la police ont une chaîne de commandement strictement hiérarchique. Traditionnellement, ceux-ci ont été dominés par les hommes et ont donc une longue histoire de culture de travail masculine.

Indépendamment du fait que les femmes ont joué un rôle important pendant de nombreuses années, les vieilles habitudes semblent mourir dur. Les recherches menées par le lieutenant-colonel Lena P. Kvarving, pour son doctorat, ont montré que les employés qui promeuvent une perspective de genre différente sont généralement confrontés au ridicule et aux formes légères de harcèlement sexuel et d’intimidation.

La publication des deux enquêtes doit être comprise dans le contexte plus large des discussions récentes sur les relations de genre, les agressions sexuelles et le harcèlement illustrées par le mouvement #MeToo.

Ce mouvement, qui a commencé avec des actrices à Hollywood dénonçant leurs expériences d’agression sexuelle mais s’est transformé en un mouvement politique et social plus large contre toutes les formes de comportements sexistes, a ouvert les yeux de nombreuses sociétés sur le sort des femmes dans leur vie quotidienne.

Les conversations inconfortables sur l’abus de pouvoir, le harcèlement sexuel et les agressions font désormais partie d’une discussion nationale qui permet à ces recrues de «s’exprimer» et de dénoncer plus facilement. L’impact de #MeToo a également fortement contraint des institutions à dominance masculine, comme les forces armées et la police, à réformer la culture et les pratiques institutionnelles. Il faut plus de formation, d’éducation et des femmes occupant des postes de pouvoir pour imposer un changement indispensable de la culture opérationnelle.

Tant que cela ne se produira pas, les gens qui, chaque jour, protègent si courageusement le pays et maintiennent la paix dans la société ne sont pas suffisamment protégés eux-mêmes.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas partagées par Norway.mw, sauf indication contraire.