Equinor annonce ses résultats de performance en matière de sécurité pour le premier trimestre de 2021 - 3

Les statistiques de sécurité pour le premier trimestre de 2021 indiquent moins d’incidents graves et de blessures corporelles à Equinor par rapport à la même période l’an dernier.

«Nous travaillons à améliorer encore nos performances en matière de sécurité par des efforts d’amélioration quotidiens et des projets ciblés. Une partie importante de ce travail est une transparence accrue de nos performances en matière de sécurité.

«En partageant largement les résultats et l’expérience dans l’ensemble du secteur, nous voulons aider à mieux faire comprendre comment nous pouvons travailler ensemble encore plus dur pour réduire les risques et éviter les incidents et les blessures, à la fois parmi nos propres employés et ceux de nos fournisseurs», a déclaré le chef de l’exploitation ( COO) a déclaré Jannicke Nilsson.

La fréquence moyenne des incidents graves sur douze mois, SIF (nombre d’incidents graves par million d’heures travaillées), est de 0,5 mars, ce qui équivaut au niveau que nous avons constaté à la fin de 2020. Le SIF comprend les deux incidents avec une conséquence grave réelle (blessure) et les incidents à fort potentiel.

Dix incidents graves ont été enregistrés au premier trimestre de cette année, contre 21 incidents graves sur la même période en 2020. La fréquence moyenne totale des incidents enregistrables sur douze mois, TRIF (nombre de lésions corporelles par million d’heures travaillées), est de 2,3, le même que fin 2020. Au total, 66 blessures ont été enregistrées sur la période, contre 78 au premier trimestre 2020.

Au cours des trois premiers mois de cette année, deux fuites de gaz ont été enregistrées, une au champ de Visund en mer du Nord et une fuite d’hydrogène à la raffinerie de Mongstad. Six fuites ont été signalées pour la même période l’an dernier. Aucun incident de puits grave n’a été signalé au premier trimestre de 2021.

Amélioration et apprentissage

«Le nombre d’incidents est encore trop élevé et nous voyons la nécessité d’améliorer notre compréhension du risque. Dans le même temps, nous devons prouver que nous apprenons des incidents précédents en évitant de nouveaux. Ce n’est qu’alors que nous pourrons réussir à porter nos efforts de sécurité à un niveau supérieur », a ajouté Nilsson.

Nilsson souligne que l’un des prémisses les plus solides pour une amélioration positive et continue de notre travail de sécurité repose sur la coopération tripartite entre les autorités, les représentants des salariés et l’entreprise.

«À certains égards, il y aura des points de vue différents sur les mesures à choisir pour atteindre nos objectifs communs. Un dialogue étroit avec les autorités réglementaires et les représentants du personnel est essentiel pour nous dans notre travail de sécurité.

«Notre objectif commun est d’améliorer la culture de la sécurité et de faire en sorte que tout le monde rentre à la maison en toute sécurité. Nous le faisons grâce à notre travail sur la feuille de route «Je suis la sécurité». Par la coopération charte et la plate-forme Internet alwayssafe.no, nous avons lancé une initiative commune à travers l’industrie pour améliorer la culture de la sécurité et travailler ensemble pour atteindre l’objectif de ne pas avoir d’accident majeur, pas de blessures ou d’incidents indésirables dans notre travail quotidien », a conclu Nilsson. .