Photo: Håkon Mosvold Larsen / NTB

L’association patronale NHO a demandé au gouvernement norvégien d’assouplir les conditions d’immigration de travail. Cette demande inquiète le chef du conseil municipal, Raymond Johansen, à Oslo.

NHO fait pression sur le gouvernement pour qu’il soit plus facile pour les entreprises d’obtenir de la main-d’œuvre de l’étranger. Les propositions sont présentées dans une lettre à laquelle Børsen a eu accès.

Dans la proposition, NHO demande à Solberg d’assouplir un certain nombre de restrictions d’entrée.

Parmi les exigences, ils veulent l’abolition du régime actuel avec des applications basées individuellement et la simplification des exigences en matière de documentation.

De plus, ils demandent également une plus grande flexibilité dans la durée des séjours agréés.

Johansen: l’infection importée reste une menace majeure

Mais la demande de NHO a été accueillie avec peu de compréhension par le chef du conseil municipal Raymond Johansen (AP) à Oslo, qui pense que le risque d’infection importée augmenterait.

« Il ne fait aucun doute que l’infection importée est la principale menace pour tous nos progrès et toutes nos tentatives pour maintenir la pandémie sous contrôle », a déclaré Johansen à Børsen.

La directrice de la vie professionnelle au NHO, Nina Melsom, souligne que le soulagement proposé par l’association patronale ne consiste pas à abandonner les différentes mesures de lutte contre les infections.

«Nous pensons que, alors que de plus en plus de personnes se font vacciner et que les programmes de quarantaine sont étanches, c’est quelque chose que le gouvernement doit envisager», a-t-elle déclaré.