Le trek pas cher de l'Everest laisse un alpiniste norvégien avec une expérience à couper le souffle... de COVID-19 - 5

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, beaucoup d’entre nous rêvent de nos prochaines vacances pas chères. Erlend Ness, cependant, a fait plus que rêver de fauteuil. Une grande partie du monde étant enfermée, Erlend s’est dirigé vers l’Himalaya, attiré par la promesse d’un guide gratuit. Le grimpeur norvégien expérimenté, cependant, a fini par être évacué du camp de base de l’Everest. Il a désormais l’honneur douteux de devenir la première personne infectée par le COVID19 sur le toit du monde.

Une ascension bon marché la raison du mépris des règles de voyage du gouvernement

Avec une grande partie du monde connaissant ou s’attendant à une autre série de blocages, ayez une pensée pour les industries du tourisme et du voyage. Il n’y a pas de signe plus évident d’une pandémie mondiale que les aéroports, plages et bars vides où autrefois les touristes se pressaient en masse.

De nombreux gouvernements dans le monde, y compris la Norvège, ont restreint ou interdit toutes les formes de voyage dans le but de contenir et de freiner le coronavirus. Le ministère des Affaires étrangères a, jusqu’au 15 mai, déconseillé aux citoyens norvégiens de voyager sauf le plus essentiel.

Cependant, il y a un revers à cet arrêt mondial. Pour les quelques chanceux qui peuvent encore prendre leurs vacances, le manque de demande a fait chuter les prix. C’était le raisonnement derrière le natif de Trondheim, Erlend Ness, les récentes escapades dans l’Himalaya. Un alpiniste chevronné, Ness, a décidé de se rendre dans l’Himalaya pour tenter de faire une randonnée sur le mont Everest. S’adressant à Sky News, il a déclaré que son guide avait proposé « un guidage gratuit, c’était donc une décision facile à prendre ».

La troisième fois malchanceuse pour Ness, se retrouve en isolement à l’hôpital

Il s’agissait de sa troisième tentative d’ascension du sommet le plus difficile du monde. En 2018, sa tentative de combat pour escalader le mont Everest (ou « Chomolungma » en tibétain) a été contrecarrée par des voleurs qui ont volé les bouteilles d’oxygène de son parti, à quelques centaines de mètres du sommet.

Sa prochaine tentative a eu lieu l’année dernière, mais les restrictions de voyage ont annulé ce plan. L’attrait d’un guide gratuit a été la principale raison pour laquelle Ness a choisi d’ignorer les conseils de voyage du gouvernement et d’essayer d’atteindre le sommet du mont Everest une troisième fois.

Ness a été testé avant de quitter la Norvège et a présenté un test de coronavirus négatif à son arrivée à Katmandou, au Népal. Ayant atteint le camp de base du sud de l’Everest (à seulement 5 364 mètres au-dessus du niveau de la mer), il a commencé à se sentir mal le 10 avril.

En tant qu’alpiniste expérimenté, il a commencé à souffrir de ce qu’il pensait être le mal d’altitude et la déshydratation. Selon Norwegian Broadcasting (NRK), il est resté trois jours au camp de base recevant de l’oxygène et souffrant d’un grave cas de diarrhée.

Le 15 avril, il est tombé si malade qu’il a dû être transporté par hélicoptère jusqu’à un hôpital de Katmandou. Il est maintenant isolé après avoir été diagnostiqué avec un coronavirus et un œdème pulmonaire.

Mont Everest. Photo : AP Photo/Tashi Sherpa, dossier

L’escalade n’était pas exactement « sans danger pour COVID » alors que le gouvernement népalais nie les cas

Ness a maintenant l’honneur douteux de devenir la première personne à être testée positive au COVID-19 sur le mont Everest. Un Sherpa de son groupe d’escalade a également contracté le virus. Cependant, le ministère népalais du Tourisme a démenti tout signalement d’infections au COVID-19 chez les alpinistes.

Mira Acharya, porte-parole du ministère, a déclaré AFP, que « Une personne a été évacuée le 15 avril mais nous avons été informés qu’elle souffrait d’une pneumonie et était traitée en isolement… » Cependant, Ness a insisté sur le fait que son diagnostic était COVID-19.

Ness accepte qu’il aurait pu faire mieux pour assurer des mesures de contrôle des infections plus sûres. Il a estimé qu’il est « difficile de porter un masque facial lorsque vous dépassez les 7 000 mètres et que vous devez utiliser de l’oxygène. Avant cela, c’est tout à fait possible… » ​​Cependant, il a estimé que c’était une responsabilité individuelle et il avait « probablement échoué » à effectuer une ascension sans coronavirus.

Le Népal n’a ouvert ses frontières au tourisme que récemment et a permis aux alpinistes de gravir à nouveau le mont Everest. Partageant une frontière avec l’Inde, on craint qu’une nouvelle vague de cas de coronavirus n’y pénètre dans le pays enclavé. Au 28 avril, il y avait eu, selon Worldometer, 312 699 cas de coronavirus et 3 211 décès dans le pays.

Sur les traces de Sir Edmund Hilary, qui a gravi le sommet pour la première fois en 1953, Ness ne sait pas s’il réussira une autre tentative. Cependant, ce voyage pour Ness l’a vu devenir l’incarnation vivante de la célèbre citation de Sir Edmund sur le mont Everest, selon laquelle « ce n’est pas la montagne que nous conquérons, mais nous-mêmes ».

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no