FHI: la Norvège a surtout réussi à lutter contre l'infection corona importée au cours des deux derniers mois - 3

Dans certains endroits, des cas importés de coronavirus ont conduit à de grandes flambées, mais dans la plupart des cas, ils ont conduit à une transmission supplémentaire limitée au niveau national, selon l’Institut national de la santé publique (FHI).

Selon une analyse de la FHI, il y a eu moins d’épidémies après l’importation de cas de variantes virales anglaises et sud-africaines au cours des deux derniers mois.

«Quelques cas importés plus tôt dans l’année ont entraîné la propagation de l’infection à travers les municipalités et les comtés, et ces virus circulent toujours. Par exemple, certains cas importés peuvent avoir donné lieu à plusieurs centaines de cas d’infection », a noté Karoline Bragstad, responsable de la section FHI.

Elle a souligné que l’on ne sait pas s’il s’agit d’individus ou de groupes de voyageurs avec la même variante.

84% – variante britannique

La variante du virus britannique domine désormais en Norvège et, au cours des quatre dernières semaines, elle a représenté 84% des cas d’infection analysés. La variante sud-africaine ne représente que 1% des cas.

La variante du virus britannique a été importée en Norvège de nombreux pays européens, en particulier d’Europe de l’Est. La variante sud-africaine a, dans une plus large mesure, été importée d’Afrique que d’autres continents, selon la FHI.

Prévention efficace

«Les analyses montrent que l’on ne peut pas empêcher complètement l’infection importée, mais que beaucoup peut être fait pour prévenir de nouvelles infections dans le pays», a noté le médecin-chef Trude Arnesen du FHI.

«Ensemble, il semble que les mesures d’entrée, les tests améliorés, l’isolement, le suivi des infections et la mise en quarantaine, les soi-disant TISK, et les mesures générales de lutte contre les infections, ont effectivement limité la poursuite de l’infection par les cas importés au cours des deux derniers mois». conclut-elle.