La Russie invite les experts norvégiens à se joindre aux efforts de nettoyage des déchets nucléaires dans les eaux arctiques - 3

La Russie a invité des experts de Norvège et d’autres pays de l’Arctique à se joindre aux efforts de nettoyage des déchets nucléaires dans la mer de Kara et la mer de Barents au large des côtes norvégiennes.

Il y a beaucoup de déchets radioactifs dans la mer près de Finnmark, et maintenant la Russie veut les nettoyer.

Le pays a invité des experts de Norvège et d’autres pays à une conférence en juin 2022 pour examiner comment les déchets radioactifs peuvent être retirés en toute sécurité de la mer, rapporte le Barents Observer.

Découvrez un magnifique Fjord

L’invitation vient en relation avec la direction russe du Conseil de l’Arctique.

Allez voir les Baleines en Catamaran

La conférence examinera comment les déchets nucléaires peuvent être extraits et stockés en toute sécurité. L’effort est lié à l’objectif de la Russie d’ouvrir une plus grande partie de la zone maritime de l’Arctique à des opérations commerciales.

«Il y a un élan maintenant. Pour des raisons de protection de l’environnement et de politique étrangère, la Russie doit faire quelque chose à ce sujet », a déclaré Andrei Zolotkov à Bellona à Mourmansk, près de la frontière avec Kirkenes.

Les écologistes disent qu’il est important que cela se fasse de manière approfondie. Le pire des cas est d’essayer de ramasser des déchets radioactifs mais de les perdre en cours de route, ce qui pourrait entraîner une poussée de radioactivité dans la mer. Le prix d’une telle opération de nettoyage est estimé à 278 millions d’euros.

L’affaire K-159

Au total, 17 000 objets ont été jetés dans la mer de Kara à l’époque soviétique. Dans le même temps, des défis particulièrement importants sont associés à l’extraction du sous-marin K-159.

Selon Bellona, ​​le K-159 a été mis hors service le 30 mai 1989 et mis en attente à Gremikha. Ses réacteurs n’étaient probablement pas vidangés. Elle est restée en layup avec peu ou pas d’entretien pendant 14 ans.

Le mauvais état de la flotte russe de sous-marins nucléaires déclassés concernait les nations baltes et scandinaves voisines, et à la mi-2003, cinq pays ont fait un don combiné de plus de 200 millions de dollars pour soutenir le déclassement et l’élimination des coques.

Dans l’attente de recevoir ces fonds, l’amiral Gennady Suchkov, commandant de la flotte du Nord, a décidé de remorquer les 16 sous-marins désarmés de Gremikha aux chantiers navals où ils seraient démantelés. Le K-159 était la 13e coque à être remorquée.

Incident

Parce que la coque du K-159 était rouillée à de nombreux endroits, elle a été maintenue à flot en soudant par points de grands réservoirs vides sur ses côtés comme des pontons. Ces chars, cependant, ont été fabriqués dans les années 1940, n’étaient pas étanches à l’air et n’étaient pas mieux entretenus que la coque du sous-marin.

L’épave du sous-marin est en mer depuis 2003, près de la frontière avec la Norvège, dans l’une des meilleures zones de pêche de la mer de Barents.

Selon Bellona, ​​le 28 août 2003, le K-159 et ses pontons étaient occupés par dix marins russes et emmenés en remorque à Polyarny.

Cet équipage a maintenu les pontons sous pression et la coque du sous-marin a pompé, mais au petit matin du 30 août, ils ont rencontré une bourrasque qui a arraché l’un des pontons.

K-159 n’a pas coulé immédiatement mais était clairement en détresse. La flotte du Nord a été avertie à 1h20 du matin et l’amiral Suchkov est arrivé au quartier général 20 minutes plus tard.

À 3 heures du matin, l’épave avait coulé dans la mer de Barents, à 200 mètres plus bas, avec neuf membres de son équipage et probablement 800 kilogrammes de combustible nucléaire irradié contenant quelque 5,3 gigabecquerels de radionucléides.