Ikea condamné pour espionnage de salariés en France - 3

La filiale française d’Ikea ​​a été condamnée à une amende de 1 million d’euros pour avoir surveillé et espionné des salariés et des demandeurs d’emploi entre 2009 et 2012.

L’amende correspond à un peu plus de 10 millions de NOK.

Selon l’accusation, l’espionnage a commencé au début des années 2000, mais le procès s’est concentré sur la période entre 2009 et 2012, écrit Reuters.

L’ancien chef du département français d’Ikea, Jean-Louis Baillot, a été condamné à deux ans de probation, ainsi qu’à une amende de 500 000 NOK. Par ailleurs, l’ancien directeur de la gestion des risques, Jean-François Paris, a été condamné à un an et demi de probation et à 100 000 NOK d’amende.

Neuf autres membres de la haute direction et quatre policiers ont également été inculpés. Un cadre supérieur et quelques autres ont été acquittés.

Incertain quant à l’appel

Ikea n’a pas encore envisagé s’il ferait appel du verdict. L’avocat Emmanuel Daoud affirme que l’affaire a été caractérisée par un manque de preuves et souligne que l’amende est loin de l’amende maximale de 3,75 millions d’euros.

« Le tribunal a pris en compte le plan d’action qu’Ikea ​​a présenté après les révélations de 2012. Il est très satisfaisant », a déclaré Daoud.

Baillot est choqué par le verdict et envisage de faire appel, dit l’avocat François Saint-Pierre.

Ikea risque également des coûts supplémentaires. Les syndicats et 74 employés ont poursuivi l’entreprise après les révélations.

En espérant un effet d’entraînement

L’avocate syndicale Solène Debarre espère que le verdict fera un peu trembler les entreprises.

« 1 million d’euros, ce n’est pas beaucoup pour Ikea, mais c’est un symbole », a déclaré Debarre.

L’ancien employé d’Ikea ​​Abel Amara dit que le verdict est très important pour la protection des individus.

« Cela me fait plaisir qu’il y ait de la justice en France », a-t-il déclaré.

Système de surveillance avancé

Ikea aurait mis en place un système avancé comprenant à la fois des détectives privés et des policiers qui recueillaient des informations sur la vie privée de centaines d’employés et de demandeurs d’emploi, y compris des informations confidentielles sur les casiers judiciaires.

Le stratagème a été révélé par les magazines Le Canard enchaîné et Mediapart en 2012. Quatre hauts dirigeants ont été licenciés à la suite des révélations.

Ikea compte 34 grands magasins et plus de 10 000 salariés en France.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no