Photo : Magnus Aabech / NTB

Les acteurs norvégiens du football ne veulent pas d’un boycott de la Coupe du monde de l’année prochaine au Qatar. La position est devenue claire lorsque la question a finalement été clarifiée lors du congrès extraordinaire de dimanche.

Le vote a pris fin 368-121 en faveur de ne pas soutenir le boycott. Le conseil d’administration de l’Association norvégienne de football était ainsi persuadé qu’un boycott n’était pas la voie à suivre. La pression sur le Qatar se fera plutôt par le dialogue et les demandes d’améliorations.

Le débat norvégien sur le championnat masculin controversé de l’année prochaine a éclaté fin février lorsque Tromsø a poussé l’initiative d’un boycott de la Coupe du monde. Plusieurs clubs de ligue d’élite ont rejoint l’appel.

L’affaire a réussi à devenir un sujet du congrès ordinaire du football en mars. Là, une nette majorité a voté pour reporter la question du boycott jusqu’à l’été.

Pas le bon outil

Entre-temps, un comité distinct a été chargé d’enquêter sur l’affaire et de soumettre un rapport. La conclusion était qu’un boycott n’est pas le bon outil.

Au lieu de cela, un certain nombre de mesures ont été proposées pour améliorer les conditions des travailleurs invités et les droits de l’homme au Qatar.

« Le championnat n’aurait jamais dû être donné au Qatar, mais rien ne laisse penser qu’un boycott apportera les changements que nous souhaitons », a déclaré Sven Mollekleiv lorsqu’il a résumé le rapport du Qatar pour les délégués.

Le Qatar est critiqué depuis de nombreuses années pour les violations des droits humains et le traitement des travailleurs invités. Des questions critiques ont également été posées sur la façon dont le pays a remporté la Coupe du monde en 2010.

Source : –